Jazz Jackrabbit

 

La boite du CD-Rom du jeu Jazz Jackrabbit sur PCJazz Jackrabbit – PC CD-Rom

Dans la course à l’identité, les éditeurs de jeux vidéo avaient tous tenté d’imposer une mascotte : Mario pour Nintendo, Sonic pour Sega. Le développeur et éditeur de jeux Epic Megagames tenta de lancer un nouveau héros sur le marché, amené à devenir le symbole des jeux PC : Jazz Jackrabbit, le lapin (en vérité lièvre) vert, aux faux airs de Rambo et au pistolet laser énorme.

 

La revanche du lièvre sur la tortue

Jazz Jackrabbit, le lapin vert armé d'un pistolet laser

Jazz, dont la couleur et les yeux vitreux font deviner qu’il ne se nourrit pas que de carottes…

Dans un futur lointain, les tortues qui ont prouvé leur valeur depuis longtemps, ont également pris la grosse tête. L’une d’elle, Devan Shell, tente de conquérir l’univers. Jusqu’à tomber sur la planète Carotus, où vivent paisiblement les lièvres (en anglais, jackrabbit est utilisé pour nommer un lièvre). Ces derniers, loin d’être aussi idiots que leur ancêtre dont la défaite a été racontée par La Fontaine et Ésope, ne comptent pas se laisser faire. Pour faire plier la résistance, Devan Shell kidnappe la princesse Éva.

 

Le roi envoie alors son meilleur combattant, Jazz le lièvre vert, aux trousses de Devan Shell. Le courageux lièvre va devoir traverser plusieurs planètes, déjà tombées aux mains de la perfide tortue afin de retrouver la belle princesse. Et ceci à coups de blaster dans les carapaces !

 

Le jeu se compose de 6 épisodes, contenant eux-même plusieurs mondes (littéralement !) de deux niveaux chacun. A chaque fin de niveau, un affrontement avec Devan devra s’effectuer. Les mondes proposent donc tous des graphismes différents et variés, pour un jeu qui ne semble pas lassant.

 

C’est vert, ça court et ça tire…

Et en effet, le jeu apparaît varié et complet ! Premier point qui constitue une excellente base : un univers propre et particulier. Les mondes traversés par Jazz sont colorés, complexes et complets. Chacun comporte son bestiaire particulier, et ses particularités pour avancer vite et bien. Et les musiques superbement composées et collant parfaitement à l’atmosphère de chaque niveau y sont pour quelque chose.

 

Jazz Jackrabbit sur PC, monde Diamonds

Diamonds, la toute première planète traversée, est aussi une des plus colorées

Tout est évidemment placé sous le signe de l’humour. Jazz possède toutes les mimiques possibles, les ennemis sont encore moins effrayants qu’un tour dans le train fantôme de la foire annuelle… Ennemis qu’il faudra tout de même éliminer à coups de blaster, non seulement pour avancer, mais également pour tenter de récupérer des points bonus.

 

Le principe est simple : dans un monde entièrement en 2D, vous avez pour but d’atteindre la sortie de chaque niveau, symbolisée par un panneau qui tourne pour faire apparaître votre visage. Quoi, ça vous rappelle quelque chose ? Un jeu rapide en 2D avec un autre mammifère d’une drôle de couleur ? Bien vu.

 

Ici, les amateurs de Sonic (ou même du moins connu Bubsy) vont se sentir comme des coqs en pâte. Car oui, Jazz Jackrabbit est librement inspiré du hérisson bleu et de son Gameplay. Chaque niveau est plutôt ouvert, et il existe plusieurs moyens d’atteindre la sortie. Si les deux petits rongeurs bleu et vert partagent le fait qu’ils soient rapides et sautent haut, les autres points divergent. Là où Sonic peut finir un monde en courant comme un précepteur des impôts sur un nouveau riche, Jazz devra plus prendre son temps dans certaines parties du jeu.

 

Jazz Jackrabbit sur PC, dans un niveau médiéval

Même s’il est rapide, Jazz va devoir prendre son temps dans certains niveaux

Et puis l’autre différence semble sauter aux yeux même, de la même couleur que le hérisson : Jazz trimbale avec lui un fusil laser grand comme ses oreilles, qu’il devra utiliser sans modération. Parce que oui, sauter sur les ennemis pour les éliminer c’est bien mignon, mais maintenant il est temps d’entrer dans la cour des grands. Et ce petit détail apporte sans nul doute un plus indéniable au jeu en ajoutant un côté action au système de plate-forme pure.

 

Avancer, sauter, éliminer, récolter… Un cocktail déjà vu qui peut sembler barbant à force. Mais non, tous les éléments du jeu parviennent à faire éviter la lassitude, et on se lance volontiers dans l’aventure d’un bon jeu retro-gaming.

 

Faire ses emplettes en rattrapant la tortue

Le but du jeu est simple et boxe dans le scénario gniangnian habituel : le héros costaud va délivrer la jolie nana des bras du bad boy. Voilà le but principal; mais comme tout bon jeu des années 1990, un compteur de points se présente sur l’écran. Bien sûr, de nos jours, faire du point c’est devenu inutile et ringard, mais ici ça en devient presque amusant.

 

Objets bonus dans le jeu Jazz Jackrabbit sur PC

Les bonus dans le premier monde sont des… disquettes

Comment faire du point dans Jazz Jackrabbit : soit en démolissant le plus possible d’ennemis (un compteur d’ennemis éliminés en pourcent sera indiqué à la fin de chaque niveau), soit en ramassant des objets. Et c’est justement là que c’est assez amusant : les objets sensés vous donner des points changent de forme à chaque planète. On alterne entre manettes de Super Nintendo, calices en or ou cône glacé à l’italienne… Amusant donc de découvrir la forme que prendront les bonus à chaque nouvelle planète.

 

Jazz pourra également ramasser de nombreux objets qui amélioreront ses capacités durant un temps : une poussière d’étoile pour devenir invincible, des blocs qui le protègeront des chocs, des chaussures pour courir très vite, et même un perroquet qui pilonnera tout ennemi se présentant à vous, et cela jusqu’à que vous vous fassiez toucher. Evidemment, on trouvera des objets de santé pour notre gentil ami verdâtre : des vies (têtes de Jazz) et des carottes, qui renfloueront votre barre de vie.

 

L'arme Toaster dans Jazz Jackrabbit sur PC

Le Toaster, une arme bien pratique par sa force et son rayon d’impact élargi

Bien sûr, le coeur même des objets à ramasser sont les améliorations pour votre blaster de base. A l’origine, vous possédez un petit tir jaune, peu puissant mais rapide et surtout illimité (mais largement suffisant dans les premiers niveaux). Puis vous pourrez transformer vos tirs en boules de feu, missiles ou mines, en quantité limitée bien sûr ! Alors sachez les utiliser à bon escient, et n’oubliez pas que le blaster est une excellente arme de base !

 

Si vous récoltez assez de points, chaque fin de planète se terminera par un petit niveau bonus chronométré (comme le reste du jeu en fait), où on vous demandera de récolter un nombre précis des joyaux bleus. Si réussite, vous serez gratifié d’une vie. Oui c’est peu, mais l’intérêt réside surtout dans le gameplay du niveau bonus, en 3D et vu de dos, où les graphismes s’apparentent beaucoup à ceux d’un F-Zero. Une partie donc véritablement placée sur la vitesse, où le lièvre vert devra courir, sauter et se rouler en boule pour aller encore plus vite. Oui, l’influence du hérisson bleu a encore frappée.

 

Une bonne durée de vie pour un jeu retro pas difficile

Le jeu ne se révèle pas très difficile, pour autant que vous vous teniez au scénario principal. Récolter tous les objets de chaque niveau dans le temps imparti se révèle un vrai défi, réservé aux amateurs du genre. Si vous vous ennuyez, vous pouvez toujours choisir un des deux niveaux de difficulté proposés au-dessus du mode normal : difficile ou turbo.

 

Le surf skate volant dans le jeu Jazz jackrabbit sur PC

Le skate volant, volé à Marty McFly, vous aidera à passer plus facilement les gros obstacles

En comptant environ 1 heure de jeu par chapitre, on arrive à un bon cota moyen de 6 heures en durée de vie, mais qui sont bien remplies: on voit du pays, des tas de plate-formes et d’ennemis, des chemins différents, et la difficulté réduite devrait vous permettre de ne pas avoir à recommencer 15 fois chaque niveau, parce que vous vous faites toujours dézinguer par la même tortue vénère. La possibilité d’enregistrer à tout moment, sans avoir à galérer comme un forcené pour chopper un mot de passe se révèle également plaisant.

 

Au final, Jazz Jackrabbit se révèle être un très bon jeu retro gaming, surtout pour les amateurs de plate-forme / action. Dommage de voir qu’il n’a pas eu le succès qu’il méritait, et surtout de ne pas être devenu un personnage emblématique au même titre que son pendant chez Sega. Un bon point par contre : ce jeu est téléchargeable gratuitement et légalement en abandonware !

 

Informations techniques

Développeur / éditeur: Epic Megagames
Date de sortie : Juillet 1994
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Plate-forme / action
Durée de vie : Environ 6-7h
Cote de prix au 09/11/2011 : CD-Rom : quasiment introuvable; Gratuit en abandonware

Un petit vote pour cet article ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (2 vote(s), moyenne: 5,50 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis ma pré-adolescence, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles, et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur ces manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont créé des souvenirs, des sensations et une ludothèque de jeux aujourd'hui rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales sensations que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Running Wild

  Running Wild - Playstation Dans le jeu de course, il y a deux moyens de s'insérer : soit proposer...

Fermer