Pokémon, de l’origine à nos jours – Générations 1 à 3

image des 151 pokémons de la 1ere generation rouge bleu jauneDe nos jours, presque tout le monde connait Pikachu. Mascotte jaune d’un des jeux les plus connus de nos jours, ce petit monstre mignon fête déjà ses 22 ans en 2019 grâce à Pokémon, licence mondialement connue et qui cartonne toujours autant depuis 1996.

Pokémon, c’est avant tout 12 jeux canoniques (à l’orée de la sortie de Épée et Bouclier), plusieurs remakes, une dizaine de spin-off en tout genre, un dessin animé avec plus de 1000 épisodes, et 807 créatures avec un design et un nom unique (à défaut d’être toujours de bon goût).

Dans ce dossier, l’idée sera principalement de détailler les jeux et les nouveautés disponibles, génération après génération. Vous êtes pika-prêt ? Non, attendez, on arrête, j’assume pas cette blague.

Attention : par souci de complétude, ce dossier est très dense et bourré d’infos. On te propose donc le menu suivant pour aller plus vite :

  1. Les origines du Jeu
  2. 1ère Génération : Rouge / Bleu / Jaune… et Vert
  3. 2ème Génération : Or / Argent / Cristal
  4. 3ème Génération : Rubis / Saphire / Emeraude
  5. Premier Remake : Rouge Feu / Vert Feuille

Les origines du jeu

photo de satoshi tajiri créateur des pokémons avec une gameboy geante

Satoshi Tajiri, un des hommes à l’origine de Pokémon

L’histoire est sûrement connue de tous, mais ça ne fait jamais de mal de la rappeler. Satoshi Tajiri est passionné depuis sa jeunesse d’insectes, qu’il collectionne et étudie, au point de lui valoir le surnom de “Dr Bug” par ses collègues. En 1991, il découvre la Game Boy (ou LE Game Boy si vous préférez), et son câble link. Il imagine alors des insectes se baladant sur celui-ci, et commence à ébaucher les bases du jeu Pokémon. Il est aidé à l’époque par Ken Sugimori qui réalisera les dessins des Pokémons, et avec qui il avait créé le magazine Game Freak, nom qu’il utilisera pour créer son studio de jeu.

Mais dis moi, Jammy, c’est quoi, un Pokémon, en fait ?

Et bien c’est simple, Fred, un Pokémon est une créature existante dans une univers parallèle au nôtre, et qui pourrait grosso-modo s’apparenter à nos animaux. Les habitants vivent donc au quotidien avec elles, et peuvent même les capturer via une technologie magique appelé “Pokéball”, pour les transporter facilement partout, et combattre avec. Il est d’ailleurs probable que certains Pokémon finissent en steak, mais c’est une autre histoire, qui n’a pas sa place dans le monde choupichouette des jeux. A noter que le mot Pokémon vient de la contraction de Pocket Monster, le nom original du jeu.

le magazine game freak créé par satoshi tajiri

Le magazine Game Freak créé par Tajiri

Les Pokémons, n’en déplaise à Darwin, peuvent évoluer de manière instantanée, selon diverses conditions, même si généralement, cela se produit généralement après avoir accumulé de l’expérience au combat. On passe alors d’un Pokémon à son évolution, avec un nom et une apparence différente. D’ailleurs, certains Pokémon ne sont obtenable qu’en ayant recours à cette évolution, car non présent à l’état sauvage.

L’univers de Pokémon est également différent du notre dans sa géographie, avec ses propres régions, inspiré toutefois de la vraie vie réelle véritable.

Enfin, attardons nous un peu sur les noms des Pokémon, qui sont l’occasion de jeux de mots plus ou moins douteux de la part des développeurs. Ainsi, le Pokémon n°01 s’appelle Bulbizarre, qui est de type Plante. Pas besoin de vous faire un dessin, vous avez compris qu’il s’agit de la contraction de Bulbe et de Bizarre. Evidemment, il ne s’agit pas d’une originalité de la version Française, puisque son nom Japonais est Fushigidane, à savoir Fushigi qui signifie “Étrange”, et Tane (qui devient Dane dans le mot, laissez tomber, Japanese Stuff) qui veut dire Graine. Fushigidane devient dont Graine Étrange, on retrouve la même idée.

Certains sont plus subtils comme Abo et Arbok, 2 Pokémon serpents qui sont les anagrammes de Boa et Kobra. Les 3 Pokémon légendaires des 1eres version sont appelé chez nous Articodin, Electhor et Sulfura. En anglais, il s’agit de Articuno, Zapdos, et Moltres, alors qu’au Japon, ils se nomment Freezer, Thunder et Fire (oui, on a vu plus subtil). Enfin, le célèbre Pikachu, qui est d’ailleurs l’un des seuls à ne pas avoir changé de nom, vient de pika-pika, qui est l’onomatopée de l’électricité, et chu-chu, qui serait le bruit d’une souris (Vous vous souvenez, du jeu Chuchu Rocket ? Ben voila). Une souris électrique, tout se tient.

Si vous souhaitez vous renseigner un peu plus sur les noms français, je vous invite à aller voir ce très bon article sur Libération, où un traducteur de l’époque explique leur choix concernant le nommage.

Cette mise en place effectuée, nous allons pouvoir nous attaquer aux différents jeux de la série. Attention, dans ce dossier, je n’aborderais que les jeux principaux et remake, jusqu’aux épisodes GBA. Il faudra attendre plus longtemps pour un éventuel dossier sur les spin-off, romhacks ou produits dérivés (promis, un jour).

1ere génération : Pocket Monster Red & Green sur Gameboy

“Comment ça, Vert ? Serais-tu daltonien ?”

Et non, petit co…quin, il faut savoir qu’au Japon, les 2 premières versions était bien Rouge et Verte, mettant en scène Dracaufeu et Florizarre.

jaquettes japonaises des jeux pokémon vert et pokemon rouge

Les jaquettes japonaises ont la classe !

Dans ces versions, tous les éléments principaux sont déjà en place dans ces versions, qui seront ensuite répétés ad nauseam dans tout les jeux qui suivront.

Le jeu se présente sous la forme d’un RPG. Vous incarnez un dresseur Pokémon débutant, qui commence son voyage dans le petit village de Bourg Palette, dans la région de Kanto (inspirée de la préfécture de Tokyo et de ses alentours). Le professeur Chen, scientifique notoire, vous propose de choisir votre 1er Pokémon parmi 3, à savoir Bulbizarre (de type Plante), Salamèche (de type Feu) et Carapuce (de type Eau). A noter que ce choix pourra influencer grandement la difficulté de début de partie (j’y reviendrai). Une fois votre Pokémon en poche, vous partez explorer le monde. Votre objectif : Se rendre dans les 8 arènes du jeu, pour battre le champion et gagner un badge. Une fois les 8 badges acquis, vous avez la possibilité d’affronter le Conseil des 4, composé de 4 dresseurs puissants, afin de devenir maître Pokémon. A noter également la présence d’un rival, le petit fils du professeur Chen, que vous croiserez régulièrement pendant le jeu.

Entraîner, combattre et capturer

Évidemment, il serait compliqué de faire tout ce chemin avec une seule bêbête, c’est pourquoi en cours de chemin, vous croiserez de nombreux Pokémons sauvages. Vous pouvez alors combattre ces derniers pour gagner de l’expérience et faire monter de niveau votre monstre, ou capturer le Pokémon à l’aide de Pokéball, après l’avoir affaibli, afin qu’il rejoigne votre équipe. Il existe 4 Pokéballs dans cette version, augmentant toujours plus les chances de capture : Pokéball, Superball, Hyperball et Masterball. Vous croiserez également de nombreux dresseurs, qu’il faudra affronter pour pouvoir avancer.

carte du village de bourg palette dans pokémon rouge bleu vert jaune

Bourg Palette, son laboratoire, ses 2 maisons, et… c’est tout.

Un combat se déroule de manière assez classique, en 1 vs 1 : chaque Pokémon peut avoir 4 attaques différentes au maximum, ayant un certain nombre d’utilisation (les plus puissantes peuvent être utilisées moins de fois). Une fois l’attaque choisie, c’est le Pokémon le plus rapide des 2 qui commence, puis l’autre, si il est toujours vivant. Si un Pokémon est KO et que le dresseur en possède d’autres, il peut en envoyer un autre au combat. Le combat s’arrête quand tous les Pokémon d’un camp sont KO, ou si le dresseur a pris la fuite face à un Pokémon sauvage. Vous suivez ?

Connaître son tableau des types… ou échouer

Chose importante, qui fait toute la richesse du gameplay de Pokémon : chaque attaque et chaque Pokémon possède un ou deux Type(s). Dans la 1ere version, il existe 15 types : Normal, Plante, Insecte, Feu, Électrique, Eau, Glace, Roche, Sol, Poison, Psy, Spectre, Combat, Vol et Dragon. Chaque type réagit de manière différente avec les autres : Il peut renforcer une attaque, la diminuer, l’annuler, ou ne rien changer. OK, un exemple.

tableau des types de la 1ère génération pokemon rouge bleu jaune

Le tableau d’efficacité des types de la 1ere génération.

Imaginons qu’un Pokémon lance une attaque Électrique. Si le Pokémon qui la reçoit est de type Feu, l’attaque est calculée normalement. Si il est de type Eau, l’attaque fera 2 fois plus de dégâts (c’est super efficace !). Si il est de type Roche, l’attaque fera 2 fois moins de dégâts (Ce n’est pas très efficace…). Si il est de type Sol, l’attaque ne fera aucun dégât.

Ajoutons également que pendant plusieurs générations, certains types tapent sur le “Physique” tandis que d’autres tapent sur le “Spécial”, mais on y reviendra plus tard.

Cette particularité rend alors les combats très tactiques, et oblige à posséder une équipe versatile, afin de faire face à toutes les situations. Cette mécanique est notamment mise en avant avec les champions d’Arène dont j’ai parlé plus tôt. Chaque champion est spécialisé dans un type, ce qui obligera à trouver des Pokémon pouvant leur faire face. Vous vous souvenez de la difficulté dont je parlais lors du choix du 1er Pokémon ? Le 1er champion d’arène utilise le type roche, qui est faible contre l’eau et les plantes, mais résistant au feu. Autant vous dire que si vous partez avec Salamèche, il faut se préparer à en chier. A noter aussi que vous ne pourrez pas avoir plus de 6 Pokémon dans votre équipe, et il faudra donc faire des choix, selon les lieux visités.

Choisissez les Pokémons aux meilleures caractéristiques

Vous vous en doutez, ce qui différencie les Pokémons, ce n’est pas uniquement leur aspect physique. Il est certains que tous les joueurs ont sélectionné un ou plusieurs Pokémons dans l’équipe uniquement par affinité visuelle. En somme : “Il est trop choupi !” ou “Il a l’air de casser des bouches celui-là“.

Oui, mais non. Même s’il est certain que Satoshi Tajiri et sa bande n’ont pas poussé le vice en faisant d’un petit asticot le Pokémon le plus puissant du jeu, ou au contraire en faisant d’un imposant dragon une véritable serpillière, on ne peut pas uniquement se reposer sur l’aspect visuel. Et c’est là que rentrent en compte les caractéristiques, ou “Base Stats”.

Chaque bestiole dispose de 5 caractéristiques :

  • Les HP, qui définissent la quantité de points de vie dont va hériter le Pokémon
  • L’Attaque, qui définit logiquement la puissance d’attaque
  • La Défense qui exprime la capacité à encaisser les coups de l’adversaire
  • Le Spécial, qui définit l’attaque MAIS AUSSI la défense des types utilisant la stat Spécial
  • La Vitesse, qui va permettre de définir quel Pokémon lancera son attaque le premier
statistiques de mew dans pokémon rouge bleu jaune

Les statistiques seront affichées pour chacun de vos Pokémons.

Ces caractéristiques évoluent continuellement jusqu’au niveau 100, maximum qu’un Pokémon peut atteindre; bien sûr, elles feront un bond de géant à chaque évolution. La somme de ces caractéristiques définira les “Base Stats” de chaque Pokémon, et donc sa puissance globale. Pour faire simple, sachez qu’un bon Pokémon dépasse les 500 points de Base Stats, un excellent Pokémon va flirter avec les 600; mais rares sont les élus autres que les Pokémons Légendaires qui dépasseront les 600 points. Quelques jours avant la sortie de Bouclier/Épée, le Pokémon avec les plus grosses Base Stats est Méga-Rayquaza avec ses 780 points… loin devant Froussardine, lanterne rouge avec ses 175 points. On ne naît pas tous égaux.

Concernant les types utilisant la caractéristique Attaque, Défense ou Spécial, voici la liste :

  • Attaque et Défense : Combat, Insecte, Normal, Poison, Roche, Sol, Spectre, Vol
  • Spécial : Dragon, Eau, Électrik, Feu, Glace, Plante, Psy

Un Pokémon avec une énooooooorme attaque mais un Spécial minable n’aura donc aucun intérêt à apprendre une capacité de type Feu ou Psy. Gardez donc bien ça en tête, surtout que ça va évoluer au cours des générations.

Maîtriser ses attaques… et les varier

gif de danse lames dans pokémon rouge bleu

Danse-Lames est une des capacités de renforcement les plus utilisées.

Pour en finir avec les attaques, chacune d’elle possède une puissance, une précision, et un nombre d’utilisation. La puissance d’une attaque peut être nulle, si elle affecte une caractéristique : on peut ainsi augmenter l’attaque du Pokémon, ou descendre celle du Pokémon adverse. Cela coûte un tour de jeu, car il s’agit tout de même d’une attaque, mais les bénéfices a long terme peuvent être appréciable. Enfin, certaines attaques peuvent infliger un statut spécial au Pokémon adverse, qu’il faudra alors soigner avec les objets appropriés. Un Pokémon peut être Brûlé, Empoisonné, Paralysé, Gelé, ou dans l’état Sommeil. Évidemment, chacun a ses effets, et devra être soigné différemment.

Je l’ai déjà dit, mais un Pokémon ne peut connaître que 4 attaques. Lorsqu’il doit en apprendre une 5ème, il est nécessaire d’oublier une des précédentes, ou de ne pas apprendre la 5ème. Un Pokémon peut apprendre une attaque en montant de niveau, ou en utilisant un consommable appelé Capsule Technique (CT), qui disparaît une fois utilisé (du moins dans les premières générations).

Enfin, il existe des attaques spéciales appelés Capsule Secrète (CS). Ces dernières ne peuvent pas être oubliées (sauf en passant par un PNJ spécial), et peuvent être utilisées hors combat pour avancer dans l’environnement. Ainsi, la CS Surf vous permettra de traverser les étendues d’eau, normalement inaccessible. Il existe 5 CS dans cette version : Coupe (pour couper des arbustes), Vol (pour se téléporter entre les villes visitées) Surf (pour traverser les étendues d’eau), Force (pour pousser les gros rocher), Flash (pour éclairer les cavernes sombres). Par ailleurs, l’utilisation de ces CS hors combat n’est possible que par l’acquisition de certains badges, afin de limiter naturellement la progression dans le jeu.

Régis blue rival de red dans pokémon rouge

Votre rival Régis (ou Blue), qui viendra régulièrement tester votre force.

Pour en finir avec les particularités du jeu, sachez que pendant votre aventure, vous aurez un rival, le petit fils du Professeur Chen, qui prendra systématiquement un Pokémon efficace contre celui choisi au départ, et que vous aurez à affronter régulièrement pendant le jeu. Vous aurez également à affronter une organisation appelé la Team Rocket, des méchants pas beau qui veulent voler les Pokémon des gentils dresseurs.

Un vélo sera également disponible dans le jeu, qui vous permettra de parcourir bien plus vite la terre entière, traquant avec espoir les Pokémon et leurs mystères, le secret de leur pouvoir. Hélas, ce vélo ne sera pas disponible dans les bâtiments, et le jeu sera de manière générale relativement lent.

Capturez les tous… et achetez les 2 versions, surtout !

Mais au fait, pourquoi 2 versions du jeu ? Tout simplement parce que chaque version contenait certains monstres non présents dans l’autre version, pour un total de 151 Pokémon à capturer. Il était donc nécessaire d’avoir les 2 versions (et beaucoup de patience… ou un(e) pote avec l’autre version) pour tous les capturer et compléter son Pokédex, sorte d’annuaire permettant d’avoir des informations sur les monstres rencontrés ou capturé.

D’ailleurs, certains Pokémon n’évoluent que lorsqu’ils sont échangés, rajoutant parfois un peu de surprise à ceux qui ne s’y attendaient pas, alors que d’autres n’évolueront qu’avec l’utiliser d’une pierre spéciale. A noter que cette version contient 5 Pokémon dit “Légendaires”, difficilement capturables et présents en un seul exemplaire : Artikodin, Electhor, Sulfura et Mewtwo, ainsi qu’un dernier Pokémon, Mew,  uniquement obtenable après obtention des 150 autres dans la version Japonaise (retiré de la version occidentale parce que… euh.. aucune idée). Par chez nous, il fallait participer à des événements Nintendo spéciaux pour l’obtenir… ou avoir le mythique Action Replay.

comparatif design pokémons version japon et europeenne

Evolution des graphismes… pour le meilleur comme pour le pire

Bon, c’est bien joli tout ça, mais je parle de version Rouge et Verte, inconnues par chez nous. En effet, après ces 2 versions, une 3ème vit le jour, Pocket Monster Blue. Cette version spéciale a été retravaillée pour enlever certains bugs, changer des dialogues, et surtout modifier l’aspect de plusieurs Pokémon (pour le meilleur comme pour le pire…). Ce sera cette version Bleue qui sera utilisée comme base pour créer les versions que nous avons connues : Pokémon Rouge et Bleue.

Suite au succès du dessin animé, une dernière version sortira, Pokémon Jaune. Peu de changement à noter, si ce n’est qu’on suit un peu plus l’histoire de la série, et que le choix du Pokémon de départ est imposé, puisqu’il s’agit évidemment de Pikachu. Ce dernier nous suivra d’ailleurs partout, car, comme vous le savez, il déteste être dans une Pokéball.

La sortie d’une 3eme version “best-of” deviendra une habitude de la série.

Il faut voir que l’arrivée de Pokémon chez nous a fait l’effet d’une bombe. Le dessin animé ayant beaucoup aidé à faire découvrir l’univers, le jeu fut un véritable carton. L’aspect collection, et le fait qu’internet n’existait pas à l’époque a permis l’émergence de guides complet, listant toutes les évolutions et les attaques disponibles, et apportant son lot de légendes urbaines. Toutefois, le jeu n’était pas exempt de défaut. Le 1er concernant le déséquilibre flagrant qui existait entre les types de Pokémon. Un type Normal n’était jamais efficace contre un autre (donc inutile), alors que le type Psy et le type Dragon roulaient sur les autres, faute de vraie Némésis. Le 2eme défaut provient justement de la collectionite que demande le jeu. Même si celle-ci n’est pas forcément nécessaire, elle n’en demeure pas moins frustrante et devient même impossible si vous n’avez pas d’amis avec qui échanger les Pokémon manquants.

C’est ainsi que se termine la présentation de la 1ère génération des jeux. J’ai bien conscience qu’il y a beaucoup d’informations à retenir si vous ne connaissez pas la série, mais ne vous inquiétez pas, les futures génération n’auront que quelques évolutions à chaque fois. Petit résumé, pour avoir les idées claires :

  • Pokémon Rouge/Vert/Bleu/Jaune contient 151 bestioles à collectionner
  • Les Pokémons évoluent quand ils ont le niveau suffisant, par échange, ou grâce à l’usage d’une pierre spéciale.
  • 8 Badges sont a obtenir pour arriver à la fin du jeu
  • 4 types de Pokéballs sont disponible pour la capture
  • Les Pokémons peuvent posséder jusqu’à 2 types parmi 15 différents
  • Les attaques peuvent avoir un type, parmi ces 15.
  • Les Pokémons jouissent tous de 5 caractéristiques : les HP, l’Attaque, la Défense, le Spécial et la Vitesse.
  • 5 Pokémon Légendaires peuvent être capturés

2ème génération : Pokémon Or, Argent et Crystal sur Gameboy

scène introduction pokémon or gold

Pokémon Or/Argent reste pour certains la meilleure génération

Si la 1ere génération a permis d’implanter le jeu partout dans le monde, elle fait presque office de brouillon lorsque la génération suivante apparaît, toujours sur Gameboy. En effet, le nombre de nouveautés apportées par Or et Argent est encore aujourd’hui très impressionnant pour un jeu de ce genre. D’ailleurs, pour l’anecdote, l’équipe de Game Freak n’a pas su faire face au succès de la franchise, et a du se débrouiller avec seulement quelques développeurs, et des idées plein la tête. Problème, la quantité de contenu à ajouter était bien trop volumineuse, et ne tenait pas dans une cartouche de GameBoy. C’est alors qu’un héros apparut sur son cheval blanc (oui, j’enjolive un peu, quand même). Cette personne, alors développeur chez HAL, a mis au point un outil de compression pour faire tenir tout le contenu sur une simple cartouche. Oh, vous avez certainement entendu parler de cette personne, puisqu’il s’agit du regretté Satoru Iwata, ancien directeur de chez Nintendo.

L’histoire se passe cette fois-ci dans la région de Johto, cette fois inspirée de la région du Kansai (qui se situe vers Osaka et Kyoto). Vous incarnez toujours un jeune garçon habitant Bourg Geon. Le professeur Orme vous mandate pour aller livrer un œuf mystérieux, non sans vous proposer de choisir entre 3 Pokémon : Germignon, Kaiminus et Héricendre. Une fois l’œuf livré, vous rencontrez le Professeur Chen, qui vous donne alors un Pokédex (généreux, le gars). En revenant voir le Professeur Orme, vous apprenez alors qu’un des 2 Pokémon restant a été volé. Ce voleur deviendra votre rival pendant le jeu, alors que vous essayez de récolter à nouveau 8 badges pour accéder à la ligue Pokémon.

Du coup, quelles sont les nouveauté de Or et Argent ?

village de bourg geon dans le jeu pokemon or argent

Bourg-Geon, alias Bourg-Palette en couleur !

La 1ère innovation est tout simplement d’ordre graphique, puisque le jeu est enfin pleinement compatible avec la GameBoy Color. Si les jeux précédents devait se contenter de couleurs grossièrement ajoutées, la version Or et Argent possède cette fois un vrai cachet et une ambiance.

Autre nouveauté, la cartouche possède désormais une pile. Pour quelle raison ? Tout simplement parce que le jeu gère désormais le cycle Jour/Nuit, mais également le jour de la semaine. Certains Pokémons ne seront ainsi disponibles que la nuit, d’autres le matin, et plusieurs événements n’auront lieu qu’un jour spécifique de la semaine. Ce changement fait bien parti des plus importants, car cette gestion du temps qui passe est très rare a cette époque, particulièrement sur une console portable comme la Gameboy.

100 nouveaux Pokémons et surtout… 2 nouveaux types Badass

Les 2 nouveaux types ré-équilibrent les forces

100 nouveaux Pokémon ont été ajoutés, portant donc leur nombre à 251. Autant vous dire qu’il fallait se lever tôt pour tous les avoir. Heureusement, il reste possible d’échanger des Pokémon entre les versions Or/Argent et Rouge/Bleue/Jaune.

Autre changement important, principalement par soucis d’équilibrage, c’est l’ajout de 2 nouveaux types, portant alors le total à 17. On retrouve le type Ténèbres, très efficace contre les Pokémon Psy, ainsi que le type Acier, résistant aux attaques Dragon, détruisant ainsi l’écrasante hégémonie des Pokémon Dragon (même si peu nombreux) et Psy. Le type Acier, véritable bouclier par sa résistance à 11 autres types, est encore considéré aujourd’hui comme le meilleur type défensif… voir le meilleur type tout court.

On retrouve également l’ajout du sexe aux Pokémons. Ainsi, sauf cas particularité, chaque Pokémon sera de type Mâle ou Femelle. Cela va de pair avec un nouvel ajout : les œufs. Le jeu propose en effet une pension, où il est possible de mettre jusqu’à 2 Pokémons, pour les faire monter de niveau. Si les 2 Pokémon sont de la même “famille d’œufs”, un œuf sera alors créé, que vous pourrez faire éclore pour obtenir un autre Pokémon (de la même famille de Pokémons, soyons logiques).
Cela vous permettra d’ailleurs d’obtenir des “anté-évolutions” de certains Pokémons, impossibles à obtenir autrement; c’est le cas de Pichu, l’anté-évolution du célèbre Pikachu.

Adieu le Spécial, bonjour le Spé. Attaque et Spé. Défense

On l’a vu dans la partie dédiée à la première génération, chaque Pokémon jouit de caractéristiques propres qui définissent son efficacité au combat. Une seule caractéristique gêne encore la plupart des joueurs qui ne comprennent pas vraiment son fonctionnement : le Spécial. En effet, cette caractéristique, liée aux attaques des types utilisant le Spécial, ne distingue pas la défense de l’attaque. Là où les attaques de type “Physique” (donc de types Combat, Insecte, Sol…) sont soumis aux caractéristiques Attaque et Défense, les attaques “Spécial” (Psy, Dragon, élémentaires…) disposent d’une seule caractéristique.

Imaginez : de type Psy et donc utilisant essentiellement des attaques de type Psy, Mewtwo dispose donc d’un Spécial gigantesque de 154 points, ce qui fait que ses attaques sont monstrueuses mais également que sa résistance aux attaques Spéciales est tout aussi gigantesque ! La solution était évidente : scinder la caractéristique Spécial en 2 et créer les caractéristiques “Attaque Spéciale” et “Défense Spéciale”.

statistiques de mew dans pokemon or argent

Notre Mew dispose maintenant d’une Attaque Spé et Défense Spé !

L’opération n’a clairement pas profité à tous les Pokémons de type Spécial : si les données utilisées dans la case “Spécial” ont été conservées pour une des 2 nouvelles caractéristiques, certains monstres en profitent bien plus que d’autres. C’est le cas de Dracaufeu par exemple, dont le Spécial de 85 dans Rouge / Bleu a été déplacé dans la Défense Spé; il hérite alors d’un nouveau calcul pour l’Attaque Spé, qui se monte à 109, en faisant un Pokémon viable offensivement (alors que clairement pourrave en première génération, désolé les fanatiques du faux dragon le plus célèbre du monde). Mewtwo par contre a clairement trinqué puisque son Spécial énorme de 154 a été reporté à l’Attaque Spé… et sa Défense Spé arbore dès Or/Argent un “petit” 90, soit 64 points de moins !

Si ces changements n’ont pas forcément modifié les méthodes de jeu des joueurs de la premières génération, ils ont complètement chamboulé la stratégie globale des utilisateurs de certains Pokémons et renversé les puissances dans le Pokédex.

L’objet : à porter ou à utiliser de suite ?

Les Pokémons peuvent aussi porter un objet, renforçant les choix tactiques, comme par exemple une ceinture noire, augmentant les attaques de type combat, ou la Vive griffe, permettant d’attaquer en 1er. Cette possibilité de tenir des objets m’amène naturellement vers les nouvelles possibilité d’évolution : dans la version précédente, certains Pokémon n’évoluaient que par échange. Maintenant, certains n’évoluent que par échange et seulement si ils tiennent un objet spécifique à ce moment. Autant vous dire que sans Wikipedia, c’est mort. Il est aussi possible de faire évoluer des Pokémon lorsqu’ils sont heureux, en les faisant participer (et gagner) des combats, par exemple. Enfin, un Pokémon peut parfois évoluer de 2 façons différentes, selon certains critères, comme le fait que l’évolution se déroule pendant le jour ou la nuit.; jusqu’ici, le seul Pokémon de la première génération ayant plusieurs évolutions était Evoli.

Les baies font également leur apparition. Elles peuvent être de différentes sortes, et pousseront sur les arbres, chaque jour, à minuit. Une fois cueillies, elles auront différents effets, et seront utilisables comme n’importe quel objet. Le gros plus, c’est que, contrairement aux objets normaux, les baies pourront être tenus et utilisé automatiquement par les Pokémon, chose très utile si ce dernier devient empoisonné ou paralysé, par exemple.

Le nombre de Pokéballs a également été revu à la hausse, afin de permettre plus de tactique lors de la capture. On retrouve désormais la Speedball, l’AppatBall, la LuneBall, la MasseBall, la NiveauBall, la LoveBall et la CopainBall. Chacune d’entre elle a ses particularités, comme la MasseBall qui fonctionne mieux sur les Pokémons plus lourd, ou l’AppatBall, plus efficace contre les Pokémons aquatiques.

On se retrouve également avec 2 nouvelles CS, Syphon (Permettant de traverser les tourbillons dans l’eau), et Cascade (permettant d’escalader les… cascades). Encore une fois, ces 2 CS seront obligatoire pour avoir accès à toutes les zones, et servent principalement à ce que le joueur n’aille pas fouiner partout dès le début.

Retour à Kanto : le jeu 2 en 1

carte de kanto et johto de pokémon or argent

L’immense carte du jeu : 2 régions en 1 !

Bon, le contenu est déjà bien imposant, non ? Et bien ce n’est pas tout. Une fois la ligue battu, vous avez la possibilité de prendre le train pour vous rendre alors dans la région de… Kanto. Oui, le jeu propose tout simplement de revisiter quasi-entièrement la région du précédent jeu. Et attention, il ne s’agit pas d’une région vide, on retrouvera donc plusieurs PNJ, des Pokémon mais également la possibilité de re-affronter les anciens champions d’arène, portant alors la possibilité d’obtenir 8 badges supplémentaires. Vous commencez à comprendre l’exploit réalisé par Game Freak sur cette version ?

Niveau Pokémon Légendaire, on se retrouve cette fois-ci avec 6 Pokémon : Ho-Oh, Lugia, Entei, Raikou, Suicune et Celebi. Hélas, même arnaque pour Celebi que pour Mew, impossible de le capturer dans le jeu, il était nécessaire de se rendre dans des événements spéciaux pour l’acquérir.

léviator normal bleu et shiny rouge

Léviator et Léviator Shiny

Il reste une dernière chose importante que je n’ai pas encore évoqué, une sorte de jeu dans le jeu, qui peut occuper certains joueurs pendant des heures, les faisant redémarrer le jeu des centaines de fois : les Pokémons Shiny, appelé aussi Pokémons Chromatiques. Le principe est simple, chaque Pokémon que vous croiserez (et n’appartenant pas à un dresseur) possède 1 chance sur 8192 d’être Shiny (cela concerne donc aussi les 3 starters de départ, ou les Pokémon légendaires). Un Pokémon Shiny est simplement un Pokémon d’une autre couleur, et possédant des statistiques légèrement différentes (à noter que dans cette version, un Pokémon Shiny ne sera pas forcément meilleur qu’un Pokémon normal). Alors certes, cela fait relativement léger, la belle affaire d’avoir un Pokémon un peu différent, mais il faut bien voir que cela peut relever du challenge de posséder un Pokédex rempli de Shiny. A noter d’ailleurs que le jeu propose naturellement la capture d’un Pokémon Shiny, un Léviathor rouge.

Un mot rapide sur la version Crystal, qui, comme la version Jaune, propose à peu près le même jeu que Or/Argent, mais avec un scénario légèrement modifié. Je ne rentrerai pas dans les détails ici, seulement que le jeu prépare le terrain à une amélioration qui sera la bienvenue, et reprise dans toutes les versions qui suivront : la possibilité d’incarner une fille, et plus nécessairement un garçon.

Vous l’aurez compris, ces versions Or/Argent/Crystal restent encore impressionnantes aujourd’hui, tant le contenu est faramineux. C’est d’ailleurs pour cela que ces épisodes sont les meilleurs pour pas mal de joueurs de l’époque. Hélas, même si l’usage d’une pile à l’intérieur de la cartouche était intelligent à l’époque, cela pose problème aujourd’hui : dans la plupart des cartouches, la pile ne fonctionne plus du tout. C’est bien normal, avec le temps, mais cela enlève une grande partie du charme du jeu. Seule solution : Passer par l’émulation, ou en achetant les versions sorties sur 3DS, il y a peu.

Petit résumé :

  • Pokémon Or/Argent/Crystal contient 251 bestioles à collectionner
  • Un cycle jour/nuit et le jour de la semaine pris en compte
  • 2 nouvelles CS à apprendre, Syphon et Cascade
  • Les Pokémon peuvent évoluer via le bonheur ou via l’échange en tenant un objet
  • 16 Badges sont a obtenir cette fois-ci
  • 7 nouvelles Pokéball, portant alors le total à 11.
  • 2 nouveaux types de Pokémon : Ténèbres et Acier
  • 5 Pokémon Légendaires peuvent être capturés, et 1 de plus pouvait être obtenu lors d’événement spéciaux.
  • Apparition des baies
  • Possibilité de créer des œufs de Pokémon et donc d’obtenir des “anté-évolutions”
  • Séparation de la caractéristique Spécial en 2 : Attaque Spéciale et Défense Spéciale

3ème génération : Pokémon Rubis, Saphir et Emeraude sur Gameboy Advance

Allez, fini la Gameboy, on passe cette fois à une machine plus puissante, avec la Gameboy Advance.

village de bourg en vol dans pokémon rubis saphir emeraude

Bourg-en-Vol, c’est toujours pas la grosse teuf…

L’histoire commence alors que le camion de déménagement arrive à Bourg-En-Vol, charmant petit village de la région d’Hoenn (inspiré d’une des îles du Japon, Kyushu). Notre futur rival nous informe qu’il doit aider son père, le Professeur Seko. En allant dans la forêt, vous tombez alors sur ce même professeur, poursuivi par un Pokémon. Il vous demande de l’aider, en utilisant un des 3 Pokémons disponible dans son sac : Poussifeu, Arcko et Gobou. Une fois sauvé, le Professeur vous récompense en vous permettant de garder le Pokémon choisi. La suite, vous la devinez, vous décidez de partir aux 4 coins du pays pour battre les champions d’arène, afin d’accéder à la ligue. Au cours de votre quête, vous aurez à faire avec la team Aqua / Magma (selon la version), qui cherchent à faire revivre Kyogre / Groudon, pour que la planète soit entièrement recouvert d’eau / de terre. Dans les 2 cas, ce sera à vous de mettre à mal leur plan diabolique.

Evidemment, la plus grosse évolution de cet épisode se fait au niveau des graphismes. Exit l’écran de la Gameboy, on se retrouve ici avec un écran plus grand et des couleurs chatoyantes, pour un ensemble très propre. On retrouve par ailleurs la notion de temps qui passe, toujours via une pile dans la cartouche, et provoquant toujours les mêmes problèmes derrière pour y jouer de nos jours.

latios pokémon légendaire pokémon rubis saphir

Latios est un des nombreux légendaires de la 3G.

Comme il en faut toujours plus, ce n’est pas moins de 135 nouveaux Pokémons supplémentaires à attraper dans cet épisode. Ouais, on en est déjà à 386, autant dire que vous n’êtes pas près de voir votre Pokédex rempli. Problème, le passage à la GBA rend impossible la possibilité de transférer des Pokémon avec les anciennes versions, ce qui rend la chose encore plus compliqué, dans la mesure où plusieurs d’entre-eux ne sont même pas disponible dans ces versions. Du fun en barre. Comme si ça ne suffisait pas, le jeu contient désormais 10 Pokémons Légendaires, aux conditions de capture plus ou moins obscures.

Nos Pokémons sont talentueux et naturels, vous dis-je

Mise à part l’ajout de toujours plus de monstre (qui va devenir le vrai problème des jeux suivants), plusieurs autres choses viennent un peu éclaircir le tableau.

Tout d’abord, chaque Pokémon possède désormais une nature et un talent. La nature va influencer directement sur les caractéristiques de base du Pokémon. Par exemple, si il est Timide, son attaque sera diminué de 10%, alors que sa vitesse sera elle augmenté de 10%. Si il est Brave, ce sera l’inverse. Vous avez saisi l’idée.

Le talent, quant à lui, est généralement toujours le même pour la même espèce de Pokémon (même si certains Pokémon peuvent avoir un second talent, voir même un 3e “caché”), et va influencer le cours du combat, par exemple lorsqu’un Pokémon arrive, qu’il attaque, ou qu’il est attaqué. Par exemple, le talent Fermeté empêche un Pokémon d’être mis KO dès le 1er coup reçu.

azumarill pokémon eau fée dans or et argent

“Coucou ! Je vais te faire mal. Très mal.”

Ces ajouts vont renforcer l’aspect tactique des combats, surtout en multi-joueur ou pour les speedrun. Certains Pokémons, réputés moyens, deviennent d’ailleurs tout bonnement redoutables. Prenons le cas d’Azumarill : l’évolution de Marill, le “Pikachu d’eau” de la 2G, n’est qu’un Pokémon très moyen, avec des Base Stats très moyennes (410 seulement) et un Movepool (la liste des capacités qu’il peut apprendre) plutôt limité. Mais ce mignon petit démon possède le talent Coloforce, un des meilleurs talents du jeu encore aujourd’hui, qui double son attaque. Et là, si vous placez en plus une capacité de renforcement comme Danse-Lames ou Cognobidon, c’en est fini de toute la team de votre adversaire… sur plusieurs générations.

I REKT U IRL 2VS2

Combat 2 contre 2 dans pokémon rubis emeraude saphir

Les combats à 2 VS 2 modifient totalement la stratégie

Un autre ajout bienvenu concerne la possibilité de faire des combats double. Le principe est simple, il s’agit de 2 Pokémon contre 2 autres. La aussi, la tactique est de mise sur les attaques à faire, car certaines risquent de blesser votre allié. Évidemment, tout l’intérêt vient du fait qu’il est maintenant possible de jouer à 4 joueurs à la fois.

Au rayon des petites nouveautés, on peut noter la présence de 12 Pokéballs différentes, pour s’adapter à chaque situation, et la possibilité de créer une base secrète. Cette base pourra être décorée par vos soins, et il sera possible de visiter celles créé par d’autres personnes, dès que vous aurez fait un échange ou un combat avec cette personne. Pourquoi pas.

Également, les concours font leur apparition. Le principe est relativement simple : chaque attaque que possède un Pokémon aura une catégorie, parmi le Sang-Froid, la Beauté, la Grace, l’Intelligente et la Robustesse. Le but sera d’utiliser les attaques de la catégorie du concours : une attaque de catégorie Robustesse ne sera pas très utile dans un concours de Grace. Je n’irai pas plus dans le détail concernant les concours, mais cela reste un passe-temps appréciable entre 2 combats.

Il est également possible de courir, via des chaussures de sport disponible au début du jeu. Ça a l’air de rien, comme ça, mais pouvoir courir partout sans avoir à passer par le vélo, ça vous change la vie. Cette nouveauté sera d’ailleurs reprise dans tous les épisodes futures.

arbres à baies dans pokémon émeraude saphir rubis

Bientôt, Pokémon Jardiland & Truffaut

Enfin, les baies changent un peu d’utilité. Tout d’abord, leur nombre a été grandement augmenté, et il est maintenant nécessaire de les planter et de les arroser afin de les faire pousser. La récolte devra également se faire au bon moment, afin d’en récupérer le plus possible. Certaines baies conservent leur utilité au combat, mais d’autres vont servir à la création de Pokéblocs, sorte de bonbon qu’il est possible de fabriquer en mixant plusieurs d’entre elles. Les Pokéblocs sont principalement utilisé lors des concours, afin d’augmenter les statistiques du Pokémon dans la catégorie voulu.

Ai-je besoin de le préciser, la version Émeraude contient un mélange des versions Rubis et Saphir, avec un scénario légèrement différent. Pourquoi changer une formule gagnante ? Rien de bien nouveau à ce niveau la, donc.

Petit résumé pour digérer tout ça :

  • Il y a maintenant 386 Pokémon à collectionner. La folie des hommes ne cessera donc jamais ?
  • Apparition des Talents et des Natures qui renforce encore l’aspect stratégique des combats
  • On retourne à 8 Badges, parce que faut pas déconner.
  • 11 Pokémon Légendaires, parfois unique à une version… Au secours !
  • La possibilité de courir… Enfin !
  • De nouvelles baies et la possibilité de les planter
  • Des combats à 2 VS 2

Retour aux sources : Remake Pokémon Rouge Feu/Vert Feuille sur Gameboy Advance

“Bon, c’est bien joli de rajouter des pelletés de monstres, mais si on profitait de la GBA pour se faire plein de pognon faire plaisir aux fan ?”

Grosse évolution graphique qui fait plaisir

Cette conversation officielle (promis juré) qui a eu lieu chez Nintendo a donné lieu au 1er remake de la série Pokémon. L’idée est simple : reprendre la 1ere version, pour la transposer sur GBA, avec son lot de nouveautés et de jolis graphismes. Vous noterez d’ailleurs que les couleurs utilisées sont Rouge et Vert,  comme la toute 1ere version du jeu.

Hélas, même si on apprécie le geste de Nintendo, les nouveautés restent relativement faibles. On retrouve bien évidemment la plupart des évolutions présentes sur les versions Rubis/Saphir/Émeraude, à savoir la possibilité de courir, les natures et les talents, ou même la liste agrandie de Pokéball. En réalité, la vraie nouveauté se situe surtout dans le fait que plusieurs Pokémon de la 2ème et 3ème générations sont accessibles dans cet épisode.

N’allons tout de même pas bouder notre plaisir, car découvrir ou re-découvrir la 1ere génération sous ce format reste très appréciable à beaucoup de niveaux.

To be continued…

C’est ici que s’achève la 1ere partie du dossier, et comme vous avez pu le remarquer, il y avait beaucoup à dire !

N’hésitez pas à continuer notre dossier en allant lire les articles dédiés aux générations 4 et au-delà, en cliquant sur le bouton ci-dessous !

Guide complet de l’évolution du Gameplay dans Pokémon !

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (Aucun vote enregistré)
Loading...

Auteur: Mopral

J'ai touché mon 1er clavier alors que je ne connaissais pas encore l'alphabet, réalisant alors mon 1er speedrun sur Donald Alphabat Chase. Depuis, je n'ai cessé de jouer, même si j'ai hélas fait l'impasse sur génération 8/16 bits. Aujourd'hui, je rattrape peu à peu mon retard, et ce malgré mon backlog de jeu Steam et GOG qui me regardent d'un mauvais œil quand je relance l'Atari ST.

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Lire les articles précédents :
Luigi’s Mansion

Luigi's Mansion est jeu d'aventure mettant en scène le frère de Mario, devenu chasseur de fantômes, dans un manoir hanté.

Fermer