The Escapists

artwork du jeu the escapistsThe Escapists – PC Steam

Sorti en février 2015, The Escapists semblait proposer tout ce qu’un jeu Neo-Retro pouvait donner de mieux : un design Pixel rappelant nombre de jeu sur Game Boy et Nes, une liberté conséquente dans vous actions, une difficulté mesurée et surtout, une touche stratégie indéniable. Mais malheureusement, après seulement quelques minutes de jeu, le constat semblait beaucoup moins concluant que la fiche technique semblait le faire croire.

Vous commencez probablement à me connaître : si je voue une passion dévorante au rétrogaming, je ne crache pas du tout sur cette nouvelle mouvance, que j’ai nommée le Neo-Retro, proposant des jeux aux fonctions modernes tout en respectant un Game Design et quelques aspects de gameplay proprement rétro. Alors, lorsqu’on m’a proposé de tester le nouveau jeu de Team17, les (très) célèbres papas de Worms ou d’Alien Breed, j’ai tout de suite été très enthousiasmé.

game design the escapist

Le Game Design de The Escapist est vraiment agréable à regarder

Le jeu en question se nommait tout simplement The Escapists. Après avoir songé au film éponyme de Rupert Wyatt, je n’ai évidemment pas été déçu lorsque j’en ai appris plus sur le jeu. La situation est bien l’univers carcéral, à l’américaine, avec des taulards fringués en orange comme Guantanamo n’en fait pas de plus beaux.

Ce qui m’a évidemment tout de suite attiré, c’est le Game Design. Empruntant ce qu’il y a de plus beau au Pixel Design, on se retrouve dans un jeu qui rappellera indéniablement certains jeux sur Game Boy ou Super NES, tels que Pokemon ou Zelda : A Link to the Past. Il est évidemment bien agréable de se promener dans un univers, même si extrêmement fermé, comme celui-ci !

Mais passé la découverte du Game Design, le constat a été bien plus amer qu’un Picon trop chargé…

The Escapist, on s’en échappe bien vite !

Le début du jeu est très succinct : un tutoriel plus que minimaliste vous initie en quelques minutes (secondes ?) à un gameplay qui semble alors apparaître comme facile : fouiller, trouver, construire et s’échapper. En quelques secondes, on vous balance quelques bases à la figure, et à vous de comprendre ce qui peut vous être utile.

Puis vous vous lancer dans votre premier bagne, le plus facile des 6. Après avoir choisi votre personnage, l’avoir peut-être renommé, ainsi que pour vos co-détenus et matons (pour mieux retenir chacun ?), vous vous réveillez en prison, et la première tâche s’installe.

cantine the escapists

Manger, une situation barbante et trop récurrenter de The Escapists

Soyons honnêtes : le gameplay de The Escapists reproduit merveilleusement la vie barbante d’un taulard, à savoir réaliser des tâches récurrentes chaque jour que Dieu fait et que le Juge vous a ordonné de passer dans ce trou à rat. Et pour être bien vu des bonhommes à la casquette bleue, mieux vaut rouler droit.

Mais au final, jouons-nous aux jeux vidéo pour revivre une vie ou pour nous échapper de la nôtre ? Car si la routine peut harasser certains de nous, celle de The Escapist est encore plus insupportable : se lever, répondre à l’appel matinal, manger, se promener, faire des tâches, re-manger, se muscler, etc… Et on s’ennuie.

Parce que si la démo vous montre bien que le but ultime est de s’échapper, ce que vous faites alors en quelques secondes, il n’en est pas du tout de même dans le jeu. Vous trouvez une chaussette et un savon et voulez fabriquer une arme comme dans la démo ? Bah non, ça marche pas, vous n’êtes pas assez fute-fute. Vous voulez casser la gueule à votre voisin de cellule ? Erreur, il est bien plus baraqué que vous. Vous voulez faire le rebelle et ne pas vous rendre à l’appel matinal ? Vous allez prendre cher.

Mon premier sentiment : je ne comprends rien. On vous lâche dans une jungle pénitentiaire, et vous ne savez rien. Pourquoi ne suis-je pas assez intelligent pour faire ces objets, et comment le devenir ? Comment devenir un carré de la muscul’ et faire gicler des dents à chaque fois ? Où puis-je trouver mes objets ? A quoi servent ces portes, salles, actions, personnages… ce jeu ?

Une idée complexe, un résultat plus décevant

J’attendais beaucoup de The Escapists. Par ses créateurs, la Team 17, mais également par ce que j’en avais vu et lu. Mais le premier contact a été dur. Après avoir reçu comme conseil de me lancer dans l’aventure, conseil soutenu par des lectures de reviews qui soulignaient toutes que le premier contact est dur mais la suite est bien plus passionnante, j’en ai passé des soirées sur The Escapists. Et j’ai juste l’impression d’avoir perdu mon temps.

Vous l’aurez compris si vous suivez Retro-Games.fr depuis longtemps, tous les tests que vous pourrez lire sur ce blog sont purement objectifs. Je ne dirai donc pas que The Escapists est un mauvais jeu, non puisqu’il a été apprécié et conseillé par des gamers, journalistes et autres passionnés de vidéo-ludisme.

fabrication objet dans the escapists

Fabriquer des objets semble fun, mais c’est finalement long et frustrant.

Mais personnellement, j’ai beau avoir passé des heures en me convaincant que ce sera mieux dans quelques minutes, je n’ai vraiment pas réussi à accrocher. Le style lancinant, les erreurs flagrantes de gameplay (j’ai quand même perdu mon emploi le premier jour car je croyais que la porte de la laverie était fermée avec un cadenas… alors que je n’étais juste pas aligné parfaitement avec la porte, et que donc votre personnage ne passe pas…) mais surtout l’incompréhension complète du jeu, m’ont poussé à dresser le constat que ce jeu n’était vraiment pas pour moi.

Pourtant, j’en ai passé des heures sur des jeux de gestion tels que The Settlers III, Caesar III ou même StarCraft, mais là j’avais la sensation que chaque action avait un sens et un effet. Ici, vous nagez complètement en eau troubles, ne sachant pas si être gentil ou agressif envers un autre bagnard était une bonne chose, si l’objet que vous avez créé après avoir galéré pendant des heures est vraiment utile, et si vous avez vraiment un intérêt à sortir de cette prison qu’est The Escapists.

Moi en tous cas, j’en suis sorti bien vite, et je vais essayer de rester sage pour ne plus jamais y retourner.

Les meilleurs prix pour The Escapists

En pack sans DLC sur SteamAcheter The Escapists à – de 2€

Informations Techniques

Editeur : Mouldy Toof
Développeur : Team 17
Date de sortie : Février 2015
Nombre de joueur : 1 joueur
Style de jeu : Gestion / Life Game
Durée de vie : Illimitée
Côte au 05/03/2015 : 14,99€ sur Steam (PC)

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (1 vote(s), moyenne: 9,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
pose personnages Contra 3 SNES
Contra 3 : The Alien Wars

Sorti uniquement en version US, Contra 3 a été pour certains le meilleur épisode de la série, avec ses détails...

Fermer