Personnages jouables du jeu Fighting Force sur PS1

Fighting Force

par Mathieu

 

Jaquette du jeu Fighting Force sur PS1Fighting Force – PS1, PC CD-Rom et Nintendo 64

Un an après le succès total de Tomb Raider, le couple Eidos – Core propose un nouveau soft, au concept connu mais alléchant : Fighting Force, un Beat’em All en 3D bien musclé, jouable seul ou à deux. Une idée qui n’est pas sans rappeler l’excellente trilogie Streets of Rage sur Sega Megadrive, et cela jusque dans les détails…

 Des policiers musclés contre une mafia corrompue

Le pitch de Fighting Force est simple, déjà vu mais toujours efficace : une bande de “flics” spéciaux décide de se lever contre la mafia locale qui corrompt toute la ville. Bien sûr, ce ne sont pas Marcel Patulacci et toute sa bande de mous-du-bulbe que vous allez diriger, mais des experts en art-martiaux et cocktails à base de créatine.

 

Personnages jouables du jeu Fighting Force sur PS1

Quatre beaux jeunes en mal de baston

Pour plus de parité, l’équipe compte deux filles et deux garçons. Bien évidemment, les garçons sont des adeptes du pumping et les filles de fitness, ce qui ne les empêche pas de mettre leur pied sur la tronche de tous leurs ennemis. Ce sont donc Hank le play-boy, Smasher la montagne et les deux belles Mace et Alana qui vont se lancer dans leur activité favorite : le cassage de gueule de vilains mafiosos.

 

Ce scénario vous rappelle quelque chose ? Ah oui ? Comme un jeu sorti sur Mega Drive ? Bingo. La trame reprend fortement celle de Streets of Rage, le célèbre beat’em all en 2D de Sega.

 

Soyons néanmoins honnêtes : dans ce genre de jeux, ce n’est pas vraiment le scénario qui compte; on est loin d’un Final Fantasy ! Après avoir choisi votre personnage, c’est parti pour démonter quelques vauriens, en 3D cette fois.

 

Bastonner en 3D

Malgré ses niveaux relativement courts, les graphismes de Fighting Force sont corrects. La 3D se gère bien et reste assez fluide. On évite habilement le “syndrome de la caméra-savonnette” assez inhérent aux premiers jeux 3D. Du coup, pas de nausées au bout de 5 minutes de jeu.

 

L’écran reste d’ailleurs très sobre : les seuls indicateurs visibles sont le nom du personnage, la barre de vie et les points comptabilisés. Viendront s’ajouter les barres de vie des adversaires en court, ainsi que le nombre de munitions disponibles dans votre arme si vous en avez trouvé une. Rien de plus, rien de moins !

 

Un personnage fille du jeu Fighting Force sur Nintendo 64

Un ennemi en costard nommé “punk” ? Preuve de la relative pauvreté des ennemis…

Les décors des niveaux sont plutôt variés : rue, building, toit… et même “vaisseau extra-terrestre”. Hormis ce petit détail “WTF”, l’ensemble du jeu reste cohérent.

 

On regrettera néanmoins une plus grande pauvreté au niveau des ennemis. Hommes en costard, loubards, militaires, tigresses en vinyle et même quelques robots… pas de quoi exploser un pokédex. Le résultat est le même : balancer des tatanes en travers du visage, peu importe si celui-ci est finement maquillé ou balafré de partout.

 

Au final, sans aller trop loin dans le processus de comparaison, on retrouve des graphismes très similaires à ceux d’un autre jeu retro-gaming très connu, dont la série continue aujourd’hui… Vous ne voyez pas ? Une grande brune avec deux flingues qui s’adonne au pillage de tombe ? Oui, Tomb Raider, sorti en 1996, un an avant Fighting Force, a également été développé par Core et édité par Eidos. Seule différence : quand la caméra collait aux fesses de Lara, celle-ci reste immobile dans le monde de Hawk et ses compagnons. Et ce n’est pas forcément plus désagréable pour l’évolution dans un beat’em all. Et bien sûr, le rendu reste tout de même bien en deçà d’un Tomb Raider…

 

Coups de pieds, de poings, matraques et autres flingues

S’il est évident que vos armes principales seront vos poings et vos pieds, l’équipe de Fighting Force pourront également se servir d’armes et objets trouvés sur le chemin : barres de fer, matraques, couteaux mais également pistolets, mitraillettes et même bazookas. Dans le cas où votre choix de personnage se porte sur un de ces messieurs sur-vitaminés, vous pourrez également vous emparer de plus gros objets à lancer, dont des automobiles. Très pratique en cas d’attaque de masse…

 

Un combo du personnage Alana dans le jeu Fighting Force sur PS1

Certains combos vous permettront de vous défaire de plusieurs ennemis à la fois

Vos techniques de combat restent néanmoins suffisantes pour vous défaire des hordes d’ennemis. Selon votre choix de personnage, les coups pourront être plus rapides (les filles) ou plus efficaces (Smasher). Hawk reste le personnage-type, équilibré et efficace.

 

Les combos sont fluides et faciles à prendre en main. Simples mais efficaces, les enchaînements vous permettront également de parer un coup ou d’esquiver. Au final, on ne se prend pas la tête à retenir des enchaînements de fou à la Tekken ou Street Fighter, et on se fait tout de même bien plaisir.

 

Côté difficulté, Fighting Force reste tout à fait abordable, même si les derniers niveaux pourront vous donner du fil à retordre. La santé est régulièrement présente (représentée par des item de nourriture ou boissons), et on peut récupérer des vies dans le niveau ou en comptabilisant suffisamment de points.

 

On traverse ainsi la vingtaine de niveaux de Fighting Force sans forcément se plier sous la douleur d’un Heart of Darkness ou autres exemples de jeux d’une difficulté exécrée présents sur la PlayStation. Et même si on ne fait guère que cogner encore et toujours, le soft reste bien sympa, sans pour autant… casser des briques.

En tous cas, bien plus que la terrible bouse qu’est Fighting Force 2, sorti en 1999, où Core a essayé de grappiller des éléments du succès de Tomb Raider tout en gardant l’esprit du premier. Tout cela pour un échec cuisant comme résultat.

 

Le conseil de Retro-Games.fr

Tout comme Streets of Rage ou tout autre beat’em all de ce type, on trouvera beaucoup plus de fun en jouant à Fighting Force à deux que seul. Moins monotone, le mode 2 joueurs n’est pas plus facile pour autant. Mais l’action répétitive est entrecoupée de séances de soutien à l’autre perso, donnant un peu plus de pep’s au jeu.

 

Informations techniques

Développeur : Core Design
Editeur : Eidos Interactive
Nombre de joueurs : 1-2 joueur(s)
Style de jeu : Beat’em All
Durée de vie : Environ 4 à 5 heures, seul ou à deux
Cote de prix au 27/10/2012 : 4€ sans notice, 7 à 9€ en complet selon état

Articles sur le même sujet

3 commentaires

Maxime 6 novembre 2012 - 10h06

Que de souvenirs ! J’avais complètement oublié Fighting Force… je n’ai jamais eu l’occasion de jouer au jeu en entier, j’avais seulement une démo du jeu mais je me souviens que j’aimais y rejouer de temps en temps, en attendant d’acheter le jeu… ce qui n’est jamais arrivé, je ne sais plus pourquoi. Sûrement parce que je ne trouvais pas le jeu dans les commerces que je fréquentais…

Répondre
Mathieu 6 novembre 2012 - 16h39

Alors c’est le moment Maxime 🙂 Il y a des tas de jeux comme ça faciles à trouver, pour une bouchée de pain…

Répondre
Sanguinetti 28 août 2013 - 12h15

Trop de bon souvenir! Depuis que je rejoue avec je suis accro ! et mes amis aussi 😉

Répondre

Publier un commentaire

Ce blog utilise des cookies, parce que c'est vachement bon ! Si tu n'aimes pas, tu n'es pas forcé d'accepter... Miam ! Mentions légales