Resident Evil 2

Jaquette du jeu Resident Evil 2 sur PlaystationResident Evil 2 – Playstation

Resident Evil 2 est un survival horror sorti en mai 1998 en France, développé par Capcom. Suite logique du jeu Resident Evil sorti sur la même plateforme, qui totalise encore aujourd’hui les meilleures ventes de la série avec plus de six millions d’unités vendues, ce second opus suit la trame de l’histoire ouverte deux ans auparavant.

Scénario de Resident Evil 2

Scénarii plutôt si l’on veut parler de la trame de cette histoire. A l’ouverture de la jaquette,  deux options : soit nourrir votre Playstation (ou PS2 ou même PS3) avec la galette ornée d’une jolie petite brune, soit avec celle présentant un beau policier un peu coiffé comme un surfeur californien. La différence ? L’histoire, son déroulement, ses objets.

personnages léon kennedy claire redfield resident evil 2 ps1

Que vous choisissiez la “belle” ou la “bête”, la galère sera la même…

Dans le cas où vous élisez la jolie brune, (et dans une réflexion parfaitement machiste du type “Une gonzesse survivre à une armée de zombies affamés ? Même pas en rêve”, vous aurez tout de même tendance par choisir le surfeur bodybuildé), vous suivrez le scénario de Claire Redfield, dont le nom paraît forcément familier à ceux qui se sont déjà infligé le premier Resident Evil : il s’agit de la soeur de Chris, héros du premier opus. Forte et courageuses, vous venez à Racoon City pour retrouver trace de votre frère, mais en fait vous ferez bien de plutôt sauver vos petites fesses charnues avant que les zombies en fassent leur dessert. Vous rencontrerez au cours de votre périple divers protagonistes, dont la petite Sherry Birkin, dont on découvrira bien vite le destin tourmenté.

Sinon, Léon Kennedy vous offrira également quelques bons moments de galère à zombieworld, où il a été muté en tant que nouvelle recrue pour le commissariat de Racoon City, même s’il va en fait se rendre compte qu’il est l’unique recrue et fonctionnaire… Il aura par contre la chance d’évoluer dans l’aventure aux côtés de la belle Ada Wong plutôt qu’avec une version 32bits de Polly Pocket, cette dernière bien moins armée que la sexy Ada.

A savoir que Resident Evil 2 peut être joué avec un autre scénario au cours de quatre partie, puisque chaque protagoniste dispose de deux scenarii, le deuxième étant évidemment jouable une fois le premier achevé. Attention, les actions effectuées lors d’une partie pourront influencer celle de la suivante ! Par exemple, si vous raflez toutes les armes trouvées dans certaines pièces avec un des deux héros, l’autre n’aura plus que ses yeux pour pleurer lorsqu’il découvrira l’armoire vide…

Hunk est le héros caché du dernier scénario de Résident Evil 2

Hunk et son meilleur ami, le gros calibre

Enfin, un dernier scénario peut être débloqué, mettant en scène un soldat de Umbrella, Hunk, ayant survécu à l’attaque du terrible Docteur Birkin, et donc surnommé à juste titre “the 4th survivor”. Il s’agira d’un mini jeu où vous devrez remonter des égouts du commissariat, là où vous vous êtes fait attaquer par James, jusqu’à l’extérieur, et ainsi survivre en ramenant le G-virus à Umbrella. Bien sûr, vous disposez de 10 fois moins de munitions pour 5 fois plus d’ennemis. Donc le mini jeu, chronométré évidemment, se résumera plus à des manœuvres d’évitement qu’à du massacre de zombi organisée… Pour ceux désirant s’imaginer le désastre (et l’impressionnante dextérité de certains gamers !), des vidéos présentent le gameplay du jeu.

Seulement, pour pouvoir débloquer ce personnage caché, il va falloir vous lancer dans une hargne semblable aux pires joueurs de borne arcade qui voulaient absolument voir leur nom figurer sur le “Best Scores” de fin, et ont pour cela outragé leur argent de poche : réussir plusieurs fois les scénarios principaux en classe A (donc pas de soins…) et en moins de 3 heures… Ouille. Et ceux voulant aller encore plus loin devront finir plusieurs fois le scénario de Hunk également en classe A, pour pouvoir faire le même mini-jeu avec… un morceau de Tofu. Mais là on dit “WTF”, on range son jeu dans sa jolie jaquette et on passe à autre chose, parce qu’à part vous la péter en racontant que vous êtes allé jusque là, il n’y a aucun intérêt, et encore moins de fun.

Déroulement du jeu

Eh bien vous vous en doutez, vous devez tuer du zombi, tuer du zombi, et survivre en tuant le zombi qui veut vous tuer. D’accord, ça ne se résume pas qu’à ça mais après tout, c’est l’essence du jeu ! Notons néanmoins que, même si les scénarios oscillent, l’ensemble de la trame du jeu se déroulent dans les mêmes lieux. Eh ouais, il ne faut pas non plus compter à des milliers de plans différents !

Le jeu se déroule plus ou moins en trois phases, qui sont par contre totalement inégales sur le temps et l’énergie qu’il vous faudra pour achever ce jeu. Vous débutez dans les rues de Racoon City, celles-ci infestées par les zombies. Attention donc à bien connaître les touches avant de démarrer le jeu, car les affamés de viande fraîche vous sauteront dessus dès les premières secondes.

L'entrée du commissariat de Racoon City dans Resident Evil 2

“Y’a quelqu’un ? Fonctionnaires va…”

Puis vous échouerez  dans le commissariat, vide d’âmes saines (ou presque), où se déroulera 70% du jeu. Il faut dire que le commissariat est ici plus proche d’un manoir que du simple local, et même le 36 quai des Orfèvres rêverait d’y crécher. Dur.
Suit une très longue phase d’exploration dans un univers glauque à souhait, avec des murs imprégnés de sang, des bruits vous faisant présager qu’une demi-douzaine de morts-vivant vont bientôt vous tomber dessus alors que vous ne disposez plus que d’un chargeur…

Sur ce point faisons d’ailleurs une parenthèse : ce jeu casse les cadres du jeu vidéo lorsqu’on observe qu’il devient de plus en plus facile en avançant dans l’aventure, et non pas l’inverse. Pourquoi ? Parce que la première difficulté vient du manque de munitions et de soins, qui vous pouvez évidemment acquérir au cours du jeu. Si vous savez bien gérer vos trouvailles, vous terminerez le jeu “easy” en vous offrant le luxe de tirer dans tous les coins… ce qui n’est pas le cas de la première heure de jeu où vous ferez mieux de faire l’écureuil avec les munitions et préférer éviter qu’abattre.

L'écorché, ou licker, monstre phare de Resident Evil 2

Ne lui roulez pas une pelle, ce pourrait être la dernière.

Dans le joli hôtel de police, vous serez invité à un speed dating de choix : des zombies évidemment, sans sexiste ni racisme, mais également les versions infestées de nos amis les animaux, corbeaux et Dobermans en première ligne, ainsi qu’un nouveau personnage charismatique et puissant, qui deviendra un des monstres-totem du bestiaire de la série : l’Écorché (ou Licker en VA), monstre aveugle et décharné, attaquant avec ses griffes comme avec sa langue démesurée.

Pas de quoi s’ennuyer donc ! Et bien sûr, de nouveaux ennemis viendront compléter le bestiaire au long du jeu, plus ou moins fort, plus ou moins vicieux. Soulignons néanmoins un point agréable : si les ennemis sont difficiles à tuer (pas moins de 6 balles pour un zombi standard…), ils se reviennent plus, lassant ainsi les couloirs visités vierges (en principe…) de tout danger.

Enfin, l’aventure se termine dans se dernier tiers par un visite des égouts de Racoon City (très prisé des touristes) et l’achèvement dans les labos secrets d’Umbrella. Mais ça, si vous avez bien joué avec les munitions, c’est du petit lait !

Un peu de cervelle dans le crâne comme sur les murs

Le gameplay de Resident Evil 2 ne se résume pas non plus à vider le chargeur de votre shotgun sur de pauvres zombies affamés ayant le Q.I. d’une gomme. Quelques phases vous demanderont un minimum de réflexion, avec des énigmes simple ou des puzzles. Des casse-têtes qui, même s’ils sont aisés, vous bloqueront toute évolution dans le jeu si vous n’en avez pas résolu l’ensemble ! Certains peuvent même vous fournir un avantage indispensable en débloquant de puissantes armes et améliorations… ne les prenez donc pas à la légère…

L'inventaire des armes et objets dans Resident Evil 2

L’inventaire est vraiment trop petit, même s’il pourra être faiblement agrandi.

Des objets débloqués vous aideront donc à avancer, parfois même à débloquer d’autres énigmes, puis d’autres objets… et c’est ici que se situe, à mon avis, le point pénible du jeu : comme tout bon jeu Capcom, vous avez besoin d’un item pour entrer dans une pièce, activer un mécanisme… Il vous faut donc faire d’incessants aller-retour entre le point A et le point B, là où vous trouvez la clé verte pour ouvrir la porte verte, où vous trouverez la clé rouge pour la porte rouge, etc… Et en plus, votre inventaire est limité en contenu, et quand on sait qu’il faut toujours avoir sur soi une ou deux armes et leurs munitions, des rubans encreurs pour enregistrer, et un item de soin au moins… ce qui impose parfois de faire un aller-retour supplémentaire vers le coffre de stock des objets !

Un univers sombre et prenant

Mais Resident Evil 2 fait tout de même partie de ces jeux qui ont marqués leur temps. D’abord, le jeu est très beau et fluide pour l’époque, notamment au niveau des décors, qui sont ici pré-calculés : ils perdent leur dynamisme, mais gagnent en netteté. Le personnage évolue donc dans des plans fixes et définis, mais qui proposent un graphisme bien supérieur aux personnages. Ces derniers sont animés d’une façon tout de même propre et précise, même si on peut avoir l’impression que le personnage jouable évolue sur un axe horizontal… Bah oui, mais c’est la Playstation mon p’tit monsieur !
L’univers a lui été parfois critiqué, car le changement de lieu (ville, commissariat, égouts…) enlève, selon certains, cette atmosphère oppressante de l’espace clos qui a fait l’intensité du premier opus… Maintenant à chacun de se faire une idée. Pour ma part, je dois avouer que lorsque un Ecorché vous saute dessus sans que vous vous y attendiez, ça fait tout de même son petit effet (encore plus s’il ne vous reste que peu de munitions et plus d’item de soin)…

Les astuces de Retro-Games.fr

Munitions : E-co-no-mi-sez les ! Et surtout au début de l’aventure, dans les rues de Racoon. Ne tuez que si l’on vous bloque le passage. Par exemple, du point de départ jusqu’au magasin d’armes, inutile de tuer un seul zombi (vous n’auriez de toutes façons pas assez de balles…). Fouillez-bien les cadavres, sur lesquels vous devriez parfois trouver des munitions. Enfin, utilisez le plus possible l’arme de base; à partir de la fin des égouts, vous ne devriez normalement plus trouver de munitions pour cette arme.
Santé : les items de soin sont également limités. Alors apprenez à vous en servir avec parcimonie. Inutile de se soigner si votre personnage est au niveau “faible”, même s’il court un peu moins vite. Plutôt attendre d’être au stade rouge pour vous soigner. Pas la peine non plus de mélanger trois herbes : un mélange d’herbe rouge et verte suffit largement à totalement vous soigner, même en stade critique.

Les trois armes principales de Léon et leurs améliorations dans Resident Evil 2

Petit flingue deviendra grand…

Armes : Les armes sont à utiliser de manière intelligente : ne videz pas vos munitions d’arme puissante avec des zombi que vous pourriez tuer avec l’arme de base (je ne parle pas du couteau, qui est quasiment inutile…). Petit truc avec Léon : le shotgun est très pratique dans les cas d’encerclement (zombies uniquement); en visant vers le haut, tous les zombies (très) proches seront décapités avec une seule cartouche… N’utilisez donc cet arme que dans ces cas, ou lors d’une attaque d’Écorché. Vous pourrez vous donner à cœur-joie dans la dernière partie de l’aventure, avec le shotgun renforcé si vous avez trouvé l’amélioration, et même ne pas avoir à utiliser le magnum avant le boss de fin (qui est facile à éliminer avec cette arme surpuissante).
Objets : Fouillez tous les recoins d’une pièce, même si l’angle de vue n’est pas pratique, et même si aucun objet n’apparaît; sinon vous risquez de rater un précieux item qui pourrait vous servir. Je donne comme exemple la clé du casier où est rangé l’amélioration du magnum, qui est invisible à l’écran, mais pourtant bien présente… A vous de la trouver, je vais pas vous mâcher tout le travail quand même !

Le conseil de Retro-Games.fr

A part si vous êtes très motivés, effectuer les premiers scenarii des deux protagonistes suffit largement à faire le tour du jeu; peu d’intérêt donc à recommencer maintes et maintes fois l’aventure, sauf par défi (ou pour débloquer Hunk!); n’oublions pas que c’est un jeu rétro, et donc que ses possibilités sont limitées par rapport à un jeu actuel. De même, ne vous découragez pas dans la première partie du jeu, la plus ardues, puisque les munitions sont rares, les soins aussi, les zombies abondants et pas de possibilité d’enregistrer avant le commissariat.
A ce sujet, ne faites pas comme votre hôte qui a dû recommencer 1h30 de jeu parce qu’il était trop pingre pour dépenser un ruban encreur, alors qu’il en avait encore 7 autres dans son inventaire !

Les meilleures enchères pour Resident Evil 2 sur PS1

PS1 Resident Evil 2 sur Playstation 1 USA Disc 1

1,00 EUR (0 Enchères)
Date de fin: vendredi juil.-19-2019 11:23:39 CEST
Enchérir | Ajouter à vos Affaires à suivre

Boîte Resident Evil 2 Version US Sony Playstation PS1 PS2 Ps3

5,00 EUR (0 Enchères)
Date de fin: samedi juil.-20-2019 11:56:45 CEST
Enchérir | Ajouter à vos Affaires à suivre

Informations techniques

Développeur : Capcom
Éditeur :
Virgin
Date de sortie :
Mai 1998
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Survival Horror
Durée du vie : Environ 5 à 6h pour un premier scénario
Cote au 14/8/2011 : 10-12€ en complet selon état jaquette

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (2 vote(s), moyenne: 9,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

1 commentaire sur cet article

 
  1. Ce qui est fou, c’est de penser qu’à l’époque, ce jeu m’a terrorisé. Bon, j’étais gosse, mais quand même !

    Répondre

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par Google Recaptcha.

Lire les articles précédents :
Ecran d'entrée du jeu Mortal Kombat sur MegaDrive avec personnages
Mortal Kombat

Mortal Kombat est un jeu de combat sorti en 1993 sur plusieurs plates-formes, connu pour la violence des combats et...

Fermer