Bishoujo Senshi Sailor Moon

par Gwoka

jaquette du jeu vidéo sailor moon sur Sega Mega DriveSailor Moon – Mega Drive / Super Nintendo

Quand on pense aux beat them up des consoles 8/16 bits, les mêmes noms reviennent sans cesse. Streets of Rage, Final Fight, Double Dragon, Battletoads, Golden Axe ou encore les Tortues Ninjas sont des titres qui viennent naturellement à l’esprit des joueurs ayant connu cette période. Cependant, on oublie souvent les petits jeux ou les adaptations d’anime qui ont voulu s’essayer à ce genre autrefois roi.

C’est le cas de Bishoujo Senshi Sailor Moon, un beat them up sans autre prétention que de surfer sur le succès de l’œuvre de Naoko Takeuchi, sortie en 1993 sur Super Nintendo (au Japon et en Occident), puis porté par Ma-Ba en 1994 sur la Mega Drive uniquement pour le public japonais.
Le test porte principalement sur la version Mega Drive même si les différences avec la version Super Nintendo seront évoquées dans un paragraphe entier.

Par le pouvoir du prisme lunaire !

introduction jeu sailor moon avec la reine beryl et ses généraux

La reine Beryl et ses quatre généraux que vous aurez à affronter

Bishoujo Senshi Sailor Moon ne s’embarrasse pas à créer une histoire originale et préfère s’appuyer sur l’anime. Le jeu s’appuie donc sur l’arc narratif de la première saison. Pour faire simple, le seau qui enfermait la diabolique Béryl se brise. Celle-ci est libérée et fait renaître de ses cendres son royaume maléfique.  Afin de contrecarrer ses plans, les descendantes des anciennes guerrières Sailor s’opposent à elle avec l’aide du mystérieux Homme Masqué.

Sailor Moon le jeu vous propose d’incarner les cinq guerrières de la première saison soit Sailor Moon, Sailor Mercury, Sailor Mars ou encore Sailor Jupiter. Les différences de gameplay entre les différents personnages se ressent assez peu. Sailor Mars ou Jupiter frappent plus fort qu’une Sailor Mercury mais mis à part le niveau de puissance, tous les personnages se jouent de la même manière.

attaque disque lunaire sailor moon sur super nintendo

Les attaques secondaire des Sailors s’inspirent de leurs pouvoirs dans le manga

En somme, chaque personnage dispose d’attaques de mêlée et d’une attaque spéciale (Sailor Moon a son frisbee lunaire, Sailor Mars son éclair suprême etc.). Evidemment, tous les personnages ont un coup de poing, une attaque sautée, la possibilité de faire des prises et de projeter ainsi l’ennemi. De plus, à l’instar d’un Streets of Rage 2, les personnages ont également une seconde attaque spéciale consommant une partie de la vie et qui permet, généralement, de se sortir de situation où les ennemis vous encerclent.

Bishoujo Senshi Sailor Moon n’invente donc pas la poudre mais reste efficace. Le jeu est facile à prendre en main. Nous sommes loin d’une certaine technicité d’un Streets of Rage 2 ou d’un Final Fight, mais le plaisir n’est pas là. Ce Sailor Moon parlera surtout aux fans du manga/animé qui prendront plaisir à entendre leurs héroïnes préférées crier leurs attaques spéciales et vaincre leurs ennemis jurés.

 

Sailor Moon : le beat’em up trop classique

Malheureusement, si on peut passer sur le fait que ce Sailor Moon fait simplement le minimum syndical sur le plan du gameplay, il est difficile de passer sous silence le level design assez pauvre des cinq grands niveaux du jeu. Les niveaux sont très simples, voir des copies de séquences de beat them up cités plus haut dans l’introduction. Heureusement, ces niveaux sont colorés et plutôt variés visuellement. On passe de la simple rue de Tokyo à un parc d’attractions, avant de plonger dans les profondeurs du royaume de Béryl.

niveau ascenseur jeu sailor moon sur megadrive

Le niveau de l’ascenseur que tout beat them up digne de ce nom devait avoir…

Certes, les amateurs du genre ne se sentiront pas dépaysés mais les développeurs ont eu le mérite de vouloir proposer des environnements différents. Cependant, on regrettera le manque d’interactivité dans les niveaux. Par exemple, il n’y a pas d’armes à ramasser mis à part un éventail dans un seul et unique niveau. Il n’est pas possible de ramasser un objet du décor pour le lancer sur les ennemis. C’est un peu dommage. Cela aurait pu étoffer un peu plus le gameplay.

Globalement, le problème de ce Sailor Moon est d’en faire trop peu. Le bestiaire se monte sont au nombre de 8 ennemis différents sur tout le jeu et se répètent sans cesse mais avec des couleurs différentes. Pour nuancer ce point, il faut souligner que c’est un reproche que nous pouvions déjà faire à des jeux comme le premier Streets of Rage.

Enfin, cette économie se ressent également sur le pattern des boss qui sont assez similaires, mis à part les deux derniers du jeu. Pour faire simple, les boss donnent un coup de pied qu’il faut esquiver et ensuite vous pouvez les frapper. Vous devez répéter ces actions jusqu’à ce que la barre de vie soit à zéro… On a vu plus excitant surtout qu’ils sont dans l’ensemble très facile à vaincre. Fort heureusement, le boss de fin est plus complexe à combattre et fait monter d’un cran la difficulté d’un jeu un peu facile.

Les différences entre la version Super Nintendo et la version Mega Drive

Les différences entre les deux versions sont, dans l’ensemble, assez minimes. Si le sound design est meilleur sur la version Super Nintendo, la version Mega Drive a pour elle des graphismes un peu plus détaillés et un rythme plus pêchu. Malgré tout, cela se joue sur des détails et la version Super Nintendo n’a pas à rougir.
D’ailleurs, la version SNES a pour elle un mode co-cop alors que la version pour Sega permet seulement à un seul joueur de participer à l’aventure. Et pour le genre du beat’em up, c’est toujours bien dommage de ne pas pouvoir jouer avec ses amis.
Enfin, la version Mega Drive permet d’affronter les quatre généraux tandis que la version Nintendo a des boss originaux.

Pour les fans du manga, la version Mega Drive a une introduction complète présentant l’histoire alors que la version SNES se contente des crédits et du nom des Sailors. De plus, la version Sega sortie uniquement au Japon semble ne pas avoir fait l’objet de censure contrairement à la version SNES.

censure jeu vidéo sailor moon sur megadrive super nintentdo

A gauche, version MegaDrive. A droite, version SNES.

Par exemple, lors des transformations, la version SNES camoufle le plus possible les formes des Sailors tandis que la version Sega ose montrer la raie des fesses de Sailor Mercury ou les contours d’un pubis.
En somme, les deux versions se valent même si la version Sega se rapproche le plus du manga avec son introduction et les quatre généraux de la reine Béryl en guise de boss.

Conclusion : un Sailor Moon pas assez lunatique

Bishoujo Senshi Sailor Moon est un beat them up de facture honnête mais qui manque cruellement d’originalité. Son seul véritable intérêt réside dans la transposition de l’univers de Naoko Takeuchi dans un jeu vidéo. Les fans de Sailor Moon apprécieront probablement mais les autres préféreront s’attarder sur les classiques du genre.

Informations techniques

Éditeur : Ma-Ba pour les versions japonaises/ Bandai pour la version française sortie sur Super Nintendo
Développeur : Arc System pour la version Mega Drive/Angel pour la version Super Nintendo
Date de sortie : 1993 sur Super Nintendo/1994 sur Mega Drive
Nombre de joueurs : 1-2 joueurs sur Super Nintendo/1 joueur sur Mega Drive
Style de jeu : Beat them up
Durée de vie :  1h grand max pour un run
Côte au 01/06/2021 : 100 euros environ sur Super Nintendo en complet/200 euros environ sur Mega Drive en complet

Articles sur le même sujet

3 commentaires

Kraken 17 octobre 2021 - 17h29

Tu es passé à côté de 4 subtilités de gameplay de la version megadrive.
Chaque personnage à une 3ème attaque spéciale se faisant avec une commande à la street fighter 2 (quart de cercle ou arrière avant) et un coup de pied sauté dash permettant de traverser tout l’écran en faisant du dégâts.
Les personnages n’ont pas qu’une choppe non plus mais 2.
Le jeu a aussi une fin différente selon la difficulté.(et carrément un boss de fin différent en hard)
Ces 4 points sont absents de la version snes.

La version snes, elle a des niveaux plus interactifs (terrain glissant au pôle sud, colonne à éviter dans le temple, plateforme dont on peut tomber dans l’usine, train à éviter dans le parc d’attractions) et on ne recommence pas au début du niveau quand on perd un continue comme sur megadrive.
Par contre, en plus de ne pas avoir les coups supplémentaires de la version megadrive, le coup spécial chargé y est quasi inutile vu sa lenteur à se charger et jupiter a la même palette de coup que Mercury.
Niveau gameplay, la version megadrive est largement meilleure.

Répondre
Gwoka 18 octobre 2021 - 17h01

Simple oubli dans le test concernant les points que tu soulèves. Je le montre dans un live ou le signale notamment cette histoire de boss en hard.
Concernant la choppe, il y a en a deux mais c’est surtout une variante. La manip est la même. Comme dans tous les BTA/BTU d’ailleurs. C’est cela que je voulais dire quand je parle « des prises ».
Merci pour le retour !

Répondre
Kraken 17 octobre 2021 - 17h35

Ah, aussi, c’est arc sys les développeurs de la version megadrive, ma-ba ne sont que les éditeurs.

Répondre

Publier un commentaire

Ce blog utilise des cookies, parce que c'est vachement bon ! Si tu n'aimes pas, tu n'es pas forcé d'accepter... Miam ! Mentions légales