Gods Will Be Watching

Scène intro gods will be watching

Gods Will Be Watching – PC (Steam)

Gods Will Be Watching, ca vous parle ? Pas encore ? Ca va venir. Il s’agit d’un point and click /puzzle game au design très vintage et à l’ambiance très particulière. Sorti il y a peu,  nous l’avons testé pour toi, public avide de “nouveautés rétro”. Suivez-nous, vous ne serez pas déçus du voyage.

Conception d’un nouveau genre de point’n click

affiche ludum dare 26 2014

La Ludum Dare est un important évènement du monde vidéoludique

Gods Will Be Watching a été développé durant la Ludum Dare 26 par une petite équipe de programmeurs du nom de Deconstructeam. Cet évènement est un concours qui demande à ses participants de créer un jeu en moins de 3 jours, avec chaque année un thème différent.

Pour Gods Will Be Watching, vous allez vous en rendre compte, le thème choisi était « Minimaliste ». Mais cela n’a pas effrayé les valeureux compagnons de Deconstructeam, puisque Gods Will Be Watching est en train de faire un tabac dans le monde du jeu indépendant. En effet, il aborde de façons très particulière des situations où chaque action a des répercussions, et croyez-moi, il vous faudra de longs moments de réflexion pour vous extirper de ce puzzle puissance 10.

Un contexte de jeu plus que tendu

Aaaah, tout est là, le contexte ! Au cours de ce jeu vous serez confronté à des situations inextricables, à devoir prendre des choix moraux et radicaux et à affronter des résultats parfois… aléatoires. Car là est toute la force de Gods will be watching ! Le jeu se déroule en 6 tableaux où vous devrez gérer les personnages de manière à en faire sortir le plus possible indemne… ou pas, selon vos préférences.

Première scène gods will be watching

Exécution d’un otage pour faire ralentir l’avancée du groupe d’intervention

Le premier tableau vous met dans la peau du chef d’une bande terroriste lors d’une prise d’otage. Votre objectif est de pirater l’ordinateur de la salle où vous vous trouvez pour obtenir des informations sur un virus ravageur. La tâche est particulièrement délicate puisque vous aurez à gérer  votre équipe composée de 2 pirates informatiques et d’un mercenaire, alors que l’équipe d’intervention ne pense qu’à vous balancer une bastos dès que l’occasion se présentera, et les otages qui entre deux pleurs essayeront de s’échapper ou de vous sauter à la gorge, en désespoir de cause.

Les choix moraux sont laissés à la libre appréciation du joueur, car il n’existe pas qu’une seule manière de terminer chaque niveau, vous pouvez à loisir éliminer tout les otages quand vous touchez au but ou au contraire essayer de les sauver tous, de ne pas user de vos armes pour repousser l’équipe d’intervention, de tuer un otage pour montrer votre détermination, etc…

Une fois le contexte posé,  sachez que vous serez amenés à vous échapper d’une séance de torture dans un sombre entrepôt, survivre dans le désert en compagnie d’une troupe de soldats ou encore développer un antidote à un virus ravageur (Tiens ? Ça me dit quelque chose, pas vous ?).

Un gameplay minimaliste mais efficace

La jouabilité suit à la lettre le thème imposé pour la Ludum Dare 26 : minimaliste. Vous n’aurez besoin que de votre souris et…c’est tout. Les actions s’effectuent au tour par tour et s’affichent en cliquant sur un personnage. Certaines vous feront consommer du temps, ce qui fera avancer l’histoire, d’autres n’auront par contre aucune conséquence mais vous permettront d’appréhender l’ambiance ou le moral de chacun de vos camarades.

Il vous faudra effectuer un savant dosage de chaque action et bien réfléchir à chaque décision que vous allez prendre, en pesant le pour et le contre selon vos principes et vos critères. De toutes façons n’espérez pas finir le jeu du premier coup, loin s’en faut. Il vous faudra découvrir les rouages par vous-mêmes, ainsi qu’avoir de la chance.

Meurtre hache gods will be watching

Si toute votre équipe y passe, vous êtes bon pour recommencer toute la scène !

Car oui, il en faudra aussi! Les concepteurs ont eu la bonne idée d’introduire des facteurs aléatoires dans Gods Will Be Watching, histoire de vous dérouter un peu plus. Une série d’actions savamment étudiée et orchestrée peut très bien ne pas fonctionner tout de suite.

Petit bémol à tout cela, l’impossibilité de sauvegarder son tableau. A chaque mort (de toute son équipe, entendons-nous bien) le chapitre se rechargera du début. Cela peut devenir une grosse frustration tout de même si vous n’êtes pas très patients.

Une édition collector existe avec un niveau de difficulté sélectionnable qui vous permettra de réduire la part de hasard qui existe dans les conséquences de vos choix.

Des graphismes et musiques bien immersifs

Les tableaux étant parfois plus larges que la largeur de l’écran, on peut faire défiler les parties manquantes en cliquant sur l’extrémité de l’écran.

Les graphismes sont… minimalistes, encore une fois, mais l’ambiance est bien présente, la dominante de couleurs sombres ou assez uniforme nous donne bien un sentiment de sérieux dans le jeu. D’autant plus que les musiques mettent bien dans l’ambiance sans pour autant nous taper sur les nerfs.

D’ailleurs l’édition collector est vendue avec l’album digital virtuel ainsi qu’avec un art book et un comic téléchargeables.

éditions spéciales Gods Will Be Watching

Les éditions spéciales sont nombreuses pour Gods Will Be Watching

Une durée de vie… infernale

4 nuits et toujours pas fini….

La durée de vie est théoriquement de 2h si vous réussissez tout du 1er coup, auquel cas jouez au loto et envoyez une demande en mariage à Scarlett Johansson ou à Brad Pitt, vous aurez sûrement une réponse positive. Bonne chance.

Merci à Deconstructeam et à Cosmo Cover pour le press kit.

Les meilleurs prix pour Gods Will Be Watching

Sur Steam via G2A : GWBW à moins d’1 €

Informations techniques

Éditeur – développeur : Deconstructeam
Date de sortie : 24 Juillet 2014 (FR)
Nombre de joueurs : 1
Style de jeu : Point & Click/ Puzzle Game
Durée du vie : 5 à 10h
Cote au 05/10/2014 : 9€ pour la version standard, 17€ pour l’édition collector

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (1 vote(s), moyenne: 10,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Clément

Dès ma première Game Boy Color et les premiers pas avec Pikachu dans la région de Kanto, j’ai tout de suite adhéré à ces boites magiques qui nous faisaient vivre des aventures absolument géniales. C’est en tombant au hasard sur ce site que je me suis motivé à dépoussiérer les jeux qui trainaient dans mon grenier et que j’ai eu envie de faire partager les merveilles du monde vidéoludique qui ont fait mon enfance… ou qui la font encore.

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Lire les articles précédents :
Soirée start to play 2014 Strasbourg Ludus acdémie
Start to Play 2014 : du jeu vidéo à Strasbourg !

La Ludus Académie, école du jeu vidéo à Strasbourg, organise un évènement 100% Jeux vidéo le 8 novembre 2014 avec...

Fermer