Test : Un mois avec des lunettes anti lumière bleue

C’est un constat consternant, sans faire de mauvais jeux de mots : nombre d’entre-nous passent leur journée devant l’écran : smartphone / tablette le matin et pendant les pauses, moniteur de PC pendant la journée, et la bonne partie de retrogaming sur la TV le soir, évidemment !

schéma lumière bleue dans oeil

Une explication de la pénétration de la lumière bleue dans l’œil. Source : guide-vue.fr

Du coup, on a forcément peur de ce dont nos parents nous menaçaient tous lors de notre enfance : “tu vas avoir les yeux carrés” ! Autre constat : nos nouveaux écrans à LED produisent a priori tous une lumière bleue qui, sans aller jusqu’aux ultra-violets, sont nocifs pour nos yeux car bien moins filtrés par nos protections naturelles, et auraient donc tendance à nous bousiller la rétine.

Enfin, autre effet de cette lumière bleue selon les scientifiques : elle nous maintiendrait éveillés, et bouleverserait donc notre cycle de sommeil.

C’est pourquoi le marché de l’optique a vu apparaître depuis peu un nouveau type de produit, qui risque de faire fureur : les lunettes aux verres traités anti-lumière bleue. Ce qu’on nous promet : réduire, voir couper complètement, les rayons de lumière bleue émise par nos écrans de PC, de TV, de smartphone ou même de certaines ampoules.

Le site Antifatigue-Glasses.com a bien voulu me faire parvenir une de ces paires. Après un mois de port, il est temps de tirer les constats : véritable produit d’avenir ou simple coup marketing ?

Un mois avec 4 yeux contre la lumière bleue

J’ai donc reçu un petit matin une paire de lunettes de la marque Varionet. Étant donné que, par miracle, malgré des parents binoclards au possible, je n’ai jamais eu de problèmes de vision, recevoir des lunettes de vue était une grande première pour moi. Heureusement, Varionet propose toutes ses lunettes en plusieurs niveau de dioptrie / correction, dont la correction 0, ce qui m’intéressait pour mon cas.

Cette gamme est proposée à 49,90€, avec des branches de plusieurs couleurs, mais évidemment sans correction : on est dans le verre anti-fatigue, même s’il est possible de trouver des verres de vue bénéficiant du traitement anti-lumière bleue.

Essai lunettes varionet

Faut pas compter sur ces lunettes pour améliorer votre tête de vainqueur…

Avouons que c’est pas franchement le Swag à la ricaine : les lunettes sont entièrement en plastique, avec la partie colorisée des branches en caoutchouc flexible, et une monture transparente. Bien que l’ensemble semble de bonne facture, j’ai plus eu l’impression, chose confirmée par ma compagne et quelques collègues, de porter des lunettes de soudeur… Sans oublier que la couleur rouge demandée tire méchamment sur le rose, chose pas forcément agréable pour un mâle du style viril-qui-plie-des-Harley-Davidson-à-mains-nues (version Majorette, évidemment)… Mais passons, même si le design laisse franchement à désirer, c’est pas ce que l’on demande à cette paire. De lunettes.

Le port est agréable, la monture n’étant que peu lourde, et on se rend à peine compte de sa présence. Je dois avouer néanmoins que le premier jour de port était plutôt déstabilisant : n’ayant pas l’habitude de porter des lunettes, voir “à travers une vitre” n’était pas un exercice facile au premier abord. Sans compter que les verres (et il semble que c’est le cas chez toutes les marques) traités contre la lumière bleue ont tendance à jaunir les objets.

jaunissement des verres anti lumière bleue

On aperçoit un léger jaunissement, plus visible avec les lunettes sur le nez…

Résultat : un certain inconfort visuel, résultat à une fatigue des yeux et quelques très légères nausées. Et puis, quand on enlève les lunettes après plusieurs heures de port, tout vous paraît plus… bleu. Une bonne preuve que ces verres ne sont pas juste des culots de bouteille PET découpées de manière sauvage sur le coup.

A partir du second jour de port, tout étant rentré dans l’ordre : pas de nausées ni de fatigues, au contraire ! J’en oubliais parfois mes nouveaux compagnons posés sur mon nez, et la journée s’est déroulée en ayant enlevé juste les lunettes pour le repas de midi. Est-ce que j’ai ressenti un effet bénéfique immédiat ? Non, n’abusons pas. Je rappelle que je ne souffre qu’aucun problème oculaire, ni de maux de têtes, autres que sporadiques, qui pourraient être créés par cette (supposée) nocive lumière bleue.

Ayant voulu étaler mon test d’abord sur une semaine, puis deux, j’ai compris qu’il faudrait au moins un mois, sinon plus, pour savoir si ces verres sont effectivement si efficaces. Et un mois est passé.

La vie moins bleue, mais pas forcément plus rose

Et mon constat est plutôt simple : le résultat du test n’est pas vraiment probant.

Si j’ai moins de migraines ? Non, mais je n’en avait déjà pas avant.
Si je me couche plus facilement le soir ? Oh que non, cela fait 2 semaines que je rejoins rarement les draps sans que le réveil matin affiche “01:00”.
Si je me sens moins fatigué, pas forcément, mais je dois avouer que je ne sens par contre plus la petite tension que j’avais parfois au fond des yeux après une journée de travail.

Et puis avouons que pour nous, retrogamers, adeptes de vieilles consoles et de TV cathodiques, ces lunettes n’ont juste aucun effet : les vieilles TV à tube ne produisent pas de lumière bleue, et ce qui fatigue, c’est le scintillement et les basses fréquences. Aucun effet donc ici, malheureusement…

rayon bleu à travers lunettes anti lumière bleue

On observe que les verres ne semblent pas vraiment couper ou diminuer le rayon bleu…

Reste que, d’ici à dire que ces lunettes sont au final une simple “arnaque” d’industriels de l’optique voguant volontiers sur les psychoses actuelles, on en est loin. Il est certain que ces lunettes ne peuvent pas faire de mal; du moins, ce n’a pas été mon cas.

Rajoutons également que ce genre de dispositif reste dans le domaine du médical, et comme toujours, on soigne plus qu’on ne prévient.
Dans mon cas donc, qui ne ressent pas tellement de fatigue de l’œil ni de migraines, il est difficile de savoir si ces lunettes ont vraiment eu un effet. Selon certains avis trouvés sur la toile, des personnes souffrant de migraines ophtalmiques chroniques ont effectivement vu une amélioration, probante pour certains, minime ou affirmée pour d’autres.

Et un autre problème se pose : tout comme la relation des téléphones GSM et du cancer du cerveau, les scientifiques se déchirent sur la question de la lumière bleue : mauvaise ou pas ? Et surtout, si oui, à quelle “dose” ?

Et si on demandait à un spécialiste ? Mais comment ça tombe bien, on en a un sous la main !

Verres anti-lumière bleue : l’avis du spécialiste de l’optique

Clément est technicien de l’optique dans le domaine de l’aérospatial. Autant dire qu’il en connait un rayon (ultraviolet, bleu, X…) ! Il est aussi une de ces sal*perie de retrogamers qui abondent sur ces pages, et sa passion l’a amené à devenir rédacteur pour Retro-Games.fr, et vous avez déjà pu lire certains articles !

Il nous livre ici son idée à propos de l’efficacité de ces “verres anti lumière bleue” :


Il est difficile d’établir une conclusion scientifiquement viable devant le peu de données que l’on peut réunir autour de ce produit.

La majorité des vendeurs prônent la réduction de maux de têtes, de yeux secs, de fatigue générale et oculaire en bloquant ou en réduisant la « lumière bleu » émise par nos écrans. Reprenons donc depuis la base.

Comment sont constitués nos yeux ?

Nos yeux sont constitués de cônes et de bâtonnets, les premiers servant principalement à la vision diurne (de jour) et les seconds à la vision nocturne (vous devriez connaître ça quand même).

schéma d'un oeil et de ses cônes

La localisation des cônes dans notre oeil.

Ici ce sont les cônes qui nous intéressent. Ils en existe 3 types découverts pour le moment, un premier répond à une longueur d’onde maximale de 420 nm (le « bleu ») dit cône S, un deuxième à 530 nm dit cône M et un 3e à 565 appelé cône L (un 4e est peut-être en voie d’être authentifié dans la gamme dite « orange »  mais c’est une autre histoire).

Le cône S qui capte d’avantage aux alentours de 420 nm est celui qui est également « écouté » par notre cerveau pour nous réguler notre cycle de sommeil. En effet cette longueur d’onde est celle qui est le moins transmise à travers l’atmosphère parmi les 4 que capte notre œil à cause notamment de l’absorption de l’atmosphère plus importante en fonction de l’heure de la journée (ce qui donne un effet « rouge » au soleil qui se couche). Ce cône sert donc également à notre corps pour dire «  le soleil se couche il est l’heure d’aller rejoindre Morphée ».

On peut donc supposer que nos écrans nous empêcheraient de dormir en nous envoyant trop de « bleu » (bien que le « bleu » s’étend dans une large gamme de fréquence je tiens à le préciser).

Pour ceux qui voudraient plus de détails sur nos magnifiques globes oculaires, voici le lien vers un TPE d’une élève de 1ère S qui s’est très bien acquitté de cette tâche.

Les écrans et leur effet

Tout d’abord on l’oublie peut-être souvent mais de nombreuses technologies d’écrans existent. Toutes n’émettent pas de la même manière de la lumière.

L’écran LED

spectre lumière écrans LED tablettes

Le spectre de la lumière émise par différentes tablettes LED.

Ici, les données constructeurs sont difficiles à obtenir. On peut toutefois constater par exemple sur le graphique à gauche que l’émission autour de 450 nm pour les écrans LED est bien plus haute que dans les autres longueurs d’ondes. Je ne vais pas refaire un cours sur le fonctionnement des écrans, je vais le détailler cependant pour ce qui concerne les LED.

Une LED blanche émet un spectre quasi continu (voir graphique ci-dessous, partie de droite). Tout le monde sait que la lumière blanche est composée d’une infinité de « couleurs » (si ce n’est pas le cas veuillez vous rapprocher d’un professeur de seconde et douter de l’obtention de votre Bac)

Avec un écran TV LED, la lumière blanche passe dans un des 3 filtres de couleurs avant d’arriver dans votre œil (graphique de gauche). On obtient donc les 3 couleurs « bleu », « vert » et «  rouge » qui permettent en jouant sur leur intensité d’obtenir du point de vue de notre œil une grande gamme de couleurs. Le constructeur va donc caler la transmission des filtres pour nous faire « voir » les couleurs souhaitées.

spectres tv led rgb et blanc

Les variations du spectre émis par LED, en couleur et en blanc.

 

Pour le plasma (qui est en voie de disparition), il émet un spectre bien plus large et plus plat, on n’a donc pas de « couleur » qui se dégage nettement. (Pas de graphe trouvé pour appuyer mes propos… pas très digne d’une critique qui se veut constructive.)

Pour le cathodique, AH ! On est grande majorité dans ce cas amis rétro joueurs !

Le cathodique, écran du jurassique émet sur une grande bande passante entre 420 et 530 nm (un gros bleu) mais avec la même intensité relative par rapport au rouge (640 nm) et au vert (545 nm).

En gros, le bleu n’est pas plus présent en intensité que le rouge ou le vert dans les écrans cathodiques. Les filtres anti lumière bleue n’auraient donc pas d’effet ici.

spectre lumière écrans cathodiques

Les variations du spectre émis par les écrans cathodiques (à tube)

 

Une fois ces quelques détails techniques abordés, on peut enfin aborder le cas des lunettes (oui enfin je vous entend) !

Quel effet pour ces lunettes “anti lumière bleue” ?

Comme précisé plus haut, on a aucune donnée sur la bande de longueur d’onde qui est occultée par les lunettes, ni dans quelle proportion (je vous conseille de vous documenter sur les Optical density sur wikijenesitepas, ca prend 2 mn ^^).

Je tiens tout de même à préciser que c’est le scintillement de l’écran  qui peut être la cause de maux de tête (dans les 50-60 Hz, notamment sur les écrans cathodiques). Ce contre quoi une paire de lunette ne peut rien.

Une autre source de mal de crâne peut venir également d’un autre élément qui n’est jamais assez pris en compte par les utilisateurs d’écrans.

La luminance (ou « luminosité ») de votre écran DOIT être sensiblement la même que celle de votre pièce. Autrement dit, si vous jouez dans le noir complet sur votre PC, c’est pas top. Presque tout les écrans disposent de réglages de luminosité. Je vous conseille donc fortement de jouer sur ces paramètres.

Pour ce qui est de la fatigue enfin, l’utilisation des lunettes « anti lumière bleue » pourrait jouer un rôle dans le ressenti d’une fatigue générale plus qu’une fatigue oculaire, comme j’en ai parlé plus haut en abordant les spécificités des Cônes S.

Pour conclure, je dirai que nous ne disposons actuellement d’aucune étude indépendante sur un éventuel rendement de cet accessoire, mais qu’avec un peu de logique on peut deviner que l’aspect marketing occupe une grande place dans la vente, sans doute plus que l’aspect scientifique qui, même si basé sur des liens possibles entre la « lumière bleu » et certains maux, ne relève d’aucune donnée, du moins à notre connaissance.

Je reste néanmoins ouvert à tout apport d’informations et de précisions, ainsi que toute critique, du moment qu’elle est constructive ! 🙂

Grand merci à l’adorable Coralie et à Antigatigue-Glasses pour l’envoi d’un échantillon de test.

Merci à Clément pour ses précisions technique et ses apports d’expertise.

Les meilleurs prix pour une paire de lunettes anti-lumière bleue

Lunettes Anti Lumière Bleue Repos Contre Fatigue Ordinateur Protection Ecran TV

5,90 EUR
Date de fin: mercredi déc.-19-2018 14:43:51 CET
Achat immédiat pour seulement: 5,90 EUR
Achat immédiat | Ajouter à vos Affaires à suivre

Lunettes Anti Lumière Bleue Repos Contre Fatigue Ordinateur Protection Ecran TV

5,60 EUR
Date de fin: lundi déc.-31-2018 16:26:17 CET
Achat immédiat pour seulement: 5,60 EUR
Achat immédiat | Ajouter à vos Affaires à suivre

LUNETTES DE PROTECTION RADIATION ECRAN ANTI-LUMIERE BLEUE LIGHT FATIGUE REPOS

9,90 EUR
Date de fin: lundi janv.-7-2019 15:25:44 CET
Achat immédiat pour seulement: 9,90 EUR
Achat immédiat | Ajouter à vos Affaires à suivre

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (31 vote(s), moyenne: 7,45 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

8 commentaires sur cet article

 
  1. Merci pour le post et le test !
    Je me tatais justement mais je vais pas céder lors de mon passage en caisse pour une seule raison :
    On ne sait pas si à très long terme la suppression de lumière bleu pourrais être nocive ou juste habituer notre cerveau à voir jaune 🙂
    Bref on en reparle dans 5 ans sauf pour ceux qui souffrent vraiment de migraine etc..
    Merci !

    Répondre
  2. @Cochiz :

    Ton laser bleu monte à quelle longueur d’onde ?

    La plus nocive étant à 450nm

    Je pensais que cette lumière bleue n’était pas visible à l’oeil nu (d’après Blueberry), alors le test du laser bleu est il fiable pour juger de la capacité d’un verre à filtrer la lumière bleue ?

    Mon opticien m’a fait cette démo et il a un verre qui bloquerait 98% de la lumière bleue, testé devant moi avec un laser bleu de la taille d’un gros stylo, en effet rien ne passe, mais si cette lumière bleue n’est pas censé être visible à l’oeil nu, quel crédit accorder à ce test ?

    Répondre
  3. J’ai acheté une paire de lunettes anti lumière bleue, c’est pas cher (environ 10 / 15 euros) et ca filtre plus de 90% la lumière bleue, testé avec un laser bleu. Les verres ont pas une couleur jaune bizarre donc je peux les utiliser n’importe quand.

    Répondre
  4. Le problème n’est pas le cone S mais la mélanopsine qui est sensible au bleu et interfère sur l’horloge biologique. Attention a bien choisir les lunettes. En deux jours j’ai senti des résultats avec une vieille lunette de cyclisme orange que j’ai cassé et j’ai ensuite utilisé une autre paire de lunette orange de cyclisme que m’a fait “mal” (le mot est fort) aux yeux.

    Répondre
  5. Bonjour,

    j’ai acheté une paire de lunettes anti lumière bleue et je vous avoue avoir été fortement déçu. Elles me provoquent simplement de violentes migraines ophtalmiques. Suis-je le seul ?

    Répondre
    • Bonjour,
      idem la situation de Benjamin, j’essaie une paire de lunettes jaunes KLIM depuis 15 jours et cela provoque maux de tête et légères nausées.
      Quelqu’un-e saurait y apporter une explication ?
      Merci.

      Répondre
  6. Bonjour,
    Il existe une grosse erreur dans votre article, merci de la corriger pour ne pas induire plus de lecteurs en erreur. Vous dites, je cite “Le cône S qui capte d’avantage aux alentours de 420 nm est celui qui est également « écouté » par notre cerveau pour nous réguler notre cycle de sommeil.”.
    Ceci est faux.
    Il existe deux types de photorécepteurs :
    – les bâtonnets, qui servent à la vision en faible éclairage et contiennent un pigment : la rhodopsine ;
    – les cônes, qui servent à la vision des détails et la couleur grâce à 3 pigments d’opsine : S (Short) pour la lumière bleue avec un pic à 420 nm, M (Medium) pour la lumière verte avec un pic à 550 nm et L (long) pour la lumière rouge avec un pic à 565 nm.

    Des chercheurs ont mis en évidence dans les années 2000 (Hattar et al, 2002) un nouveau pigment : la mélanopsine. Ce dernier ne se trouve que sur 1% des cellules ganglionnaires qui sont directement reliées au nerf optique. La mélanopsine est sensible à la lumière bleue autour de 480 nm ce qui est très différent de la longueur d’onde de sensibilité du cône S. Ce sont ces cellules qui sont responsables des fonctions non visuelles de l’oeil comme la régulation du sommeil, l’humeur, les migraines.

    Des études (Barrau et al, 2013) ont montré que la lumière bleue entre 420 et 450 nm, reçue par les cônes, jouait un rôle dans l’apparition de la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA), 1ère cause de cécité chez les +50 ans. C’est également autour de ces longueurs d’onde que se trouve le pic de bleu des LED.

    Nous avons donc une partie de la lumière bleue qui est nocive en-dessous de 450 nm pour les cellules de la rétine, et une partie essentielle à la régulation des rythmes circadiens autour de 480 nm dépendant des cellules ganglionnaires à mélanopsine et non des cônes.

    Répondre
    • Bonjour

      Est ce que la distance entre la source d’émission de la lumière (bleue) et la pupille à aussi un impact, sans doute?)

      Pourquoi ne pas commencer par baisser la lumière de nos écrans, les filtrer à la base à l aide d’un film, revoir notre façon d’orienter la lumière (ponctuelle) en fonction de nos besoins réels, comme il commence à se faire de plus en plus ; l’industrie des éclairages à de beaux jours devant elle.

      Répondre

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Lire les articles précédents :
Retrogaming Party : plus d’excuse pour ne pas y bouger !!

La Retrogaming Party est l'événement qu'il ne fallait pas louper dans la région de Liège. Voici un petit résumé de...

Fermer