Mickey Mania

La boite du jeu retro Mickey Mania sur Super NintendoMickey Mania – Super Nintendo / Mega Drive

Mickey Mania est un jeu de plates-formes sorti en 1994, développé par Traveller’s Tales, bien connu pour ses adaptations jeux vidéo des animés Disney, mais aussi pour avoir repris la licence Crash Bandicoot, et plus récemment pour les jeux Lego. Mickey Mania propose de diriger la célèbre souris à travers son passé, revisitant de manière ludique les origines du héros.

 Une “Itsy Bitsy petite souris” à la recherche de son passé

En voilà une bonne idée qu’ils ont eu chez Disney et Traveller’s Tales. Le jeu met évidemment en scène Mickey, le personnage phare de Disney, toujours aussi courageux et aventurier. Même s’il n’y a pas vraiment de scénario, nous retrouvons la courageuse souris, alors âgée de 66 ans, partant à la rencontre de son passé, en traversant sept (plus un monde caché sur Mega Drive) de ses aventures les plus célèbres.

Un extrait du dessin animé The Mad Doctor avec Mickey

Mickey et le Docteur Fou a été un épisode marquant de la naissance de Mickey

Du Steambot Willie de 1928 au Prince et le Pauvre de 1990, Mickey va devoir (ré)affronter ses anciens ennemis pour venir en aide à son passé. Une aventure magique, puisque des niveaux ne manqueront pas de rappeler des souvenirs à ceux qui ont pu voir et revoir les animés de Mickey dans leur enfance, qui ne manquèrent pas de marquer, comme le coloré Mickey et le haricot magique, ou encore l’effrayant Mickey et le Docteur fou. Un jeu retro gaming qui se montre d’autant plus axé sur la nostalgie.

Souris-ez, vous jouez !

Observer la liste des jeux vidéo ayant eu Mickey pour héros permet de conclure que ceux-ci sont souvent gage de réussite et de qualité : de Castle of Illusions sur Master System au récent Epic Mickey sur Wii (qui reprend l’idée de confronter Mickey à son passé), en passant par Fantasia, Mickey a rarement déçu dans le monde vidéoludique.

Il n’y a donc aucune raison pour que Mickey Mania fasse une entorse à la règle. Et en effet, l’idée de voir un jeu 2D en couleurs sur les deux consoles les plus à-même d’accueillir un tel jeu, la Mega Drive et la Super Nintendo, donne déjà un attrait certain au jeu de Traveller’s Tales.

premier niveau steamboat willie mickey mania super nintendo

Le premier monde, Steamboat Willie, allie décor en N&B et éléments en couleur

Les graphismes sont plus que réjouissant : dès le premier monde, le Steamboat Willie, on s’émerveille de voir le Mickey en couleur que l’on connait évoluer dans un décor en noir et blanc, qui se colore au fur et à mesure de l’avancement. Chaque niveau comporte son atmosphère, évidemment tirée de l’animé auquel il se réfère, avec ses personnages et ses décors. On retrouve ainsi un inquiétant château peuplé de squelettes pour la partie Docteur Fou, puis un monde tout en couleurs lorsque Mickey s’attaquera à l’ascension du Haricot Magique. Les musiques, plus que bien choisies, viendront renforcer cette immersion.

Bien qu’en 2D, Mickey Mania intègre des phases en 3D simples mais efficaces qui ponctueront l’aventure, et ajoutent un plus indéniable au jeu.  Les textures en 2D sont tout aussi soignées, avec de riches détails, pour le décor comme pour les personnages, travaillés et animés à la perfection.

Autant être clair : rien que pour ses graphismes et son animation, Mickey Mania vaut le coup d’être joué. C’est un émerveillement constant pour quiconque apprécie la magie Disney.

Mickey, tu le veux corsé ton jeu ?

 Le gameplay est l’exemple même de celui du bon vieux jeu 2D : le personnage ne dispose pas de mille et un objets, d’enchaînements de gestes démoniaques et d’armes surpuissantes. Non, Mickey peut sauter et lancer des billes. Et c’est tout, mais c’est amplement suffisant.

La courageuse souris devra se frayer un passage parmi les dangers qui jonchent sa route à l’aide de ses jambes et de billes en acier qui pourront être ramassées dans chaque monde. Les ennemis s’élimineront de deux façons : soit en sautant dessus (mais là attention, certaines parties du corps des ennemis pourront également blesser Mickey), soit en leur envoyer une bonne vollée de boule de pétanque en plein visage. Et parfois pas qu’une.

Une image du niveau Moose Hunter du jeu Mickey Mania sur Super Nintendo

Entre pierres qui tombent, branches et élan qui vous fonce dessus sans crier gare, les périls sont nombreux !

Mais attention : certains ennemis seront insensibles aux sauts de Mickey, et les billes vous seront alors indispensables pour les éliminer de votre chemins, et ne pas être blessés. N’en abusez donc pas, car le jeu n’est pas généreux en items !

Et c’est sûrement ici la principale difficulté du jeu : quelques billes, une étoile de santé de temps en temps, et extrêmement peu, voir pas du tout, de One Up. La vie, il va falloir l’économiser, surtout que Mickey ne peut être touché que 5 fois par vie, et que Mickey ne dispose que de 5 vies; un Retry viendra bien repêcher le malheureux, mais gare! Pas plus d’une fois par monde, et vous devrez recommencer tout le niveau du début. Dur dur.

Évitez, sautez, éliminez et… évitez encore

Si quelques énigmes ou phases de jeux originales (dont le niveau où Mickey est poursuivi par un élan) viendront de temps en temps ponctuer le jeu, la majeure partie de ce dernier sera occupée à avancer à pied dans un monde, généralement divisé en 3 ou 4 niveaux, à la recherche du Mickey du passé. Et les dangers y sont nombreux.

L'ennemi squelette dans le jeu Mickey Mania

Les squelettes vous demanderont de l’attention, avant comme après leur mort

Le bestiaire est très chargé, avec des personnages possédant tous leurs propres attaques, leurs propre Hitbox (rayon d’attaque) et leurs mimiques. Si les papillon du Haricot magique volent de manière rectiligne et disparaîtront grâce à une seule bille, leurs ailes vous toucheront si vous décidez de sauter dessus au mauvais moment. Dans la même veine, les squelettes du château du Docteur fou sautent, marchent, vous envoient leurs crânes, nécessitent parfois deux billes pour les éliminer, mais surtout périssent en vous envoyant leurs os disloqués, ce qui vous oblige à en plus gérer cette dernière action ainsi que les rebonds des quelques os. Des ennemis résolument tenaces, qui vous assailliront même dans la mort… hahaha.

Les ennemis ne seront pas les seuls à vous surprendre lors de la première rencontre, et ainsi faire payer votre ignorance de quelques précieux points de vie. Le décor, dynamique, vous entraînera à une mort certaine si vous n’êtes pas assez attentif : chute de pierres, ponts qui s’écroulent, magma qui crache aléatoirement… Le jeu prend parfois la forme des softs où vous avancez à tâtons, en évoluant à l’échec. Sauf que là, à la différence d’un Heart of Darkness, vous de disposez pas de vies illimitées.

Le niveau en 3D de la tour dans le jeu Mickey Mania

Le niveau de l’échappée, en animation 3D, ne laissera pas le droit à la faute

Pire encore : vous n’avez droit ni à une sauvegarde, ni à un mot de passe : il faudra donc terminer Mickey Mania d’une seule traite. L’écran Game Over n’aura qu’une seule signification : retour au niveau du Steamboat Willie, et c’est reparti pour un tour. Grisant lorsqu’on se trouve au monde Prince et le Pauvre, dernier du jeu, long de 5 niveau plus le boss final. Ou alors il y a le Cheat, pour pouvoir sélectionner votre niveau. Mais c’est pas bien le cheat. Moi je n’y ai pas eu recours. Ou presque pas.

Le conseil de Retro-Games.fr

Du mal à choisir entre la version Mega Drive et Super Nintendo ? Alors sachez que si Nintendo propose des graphismes et des animations plus nets et développées que Sega, la version du jeu sur la console du hérisson bleu proposera par contre un monde caché absent de la version SNES. A vous de faire votre choix !

Sinon, une version Playstation est sortie en 1996 sous le nom Mickey’s Wild Adventure. Le jeu y est repris tel quel, évidemment avec de meilleurs graphismes et animations.

Les meilleurs prix pour Mickey Mania sur SNES

Mickey mania Super Nintendo SNES

6,50 EUR (5 Enchères)
Date de fin: dimanche déc.-16-2018 18:46:10 CET
Enchérir | Ajouter à vos Affaires à suivre

Jeu Super Nintendo Snes Mickey Mania

11,99 EUR
Date de fin: mercredi janv.-2-2019 13:59:34 CET
Achat immédiat pour seulement: 11,99 EUR
Achat immédiat | Ajouter à vos Affaires à suivre

MICKEY MANIA - Traveller's Tales/Sony - Jeu Plate-Forme Super Nintendo SNES EUR

15,00 EUR
Date de fin: vendredi déc.-21-2018 19:12:35 CET
Achat immédiat pour seulement: 15,00 EUR
Achat immédiat | Ajouter à vos Affaires à suivre

Informations techniques

Développeur : Traveller’s Tales
Éditeur :
Sony
Date de sortie :
1994
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Plates-formes
Durée du vie : Environ 2h30
Cote au 28/9/2011 :
SNes :10€ en loose, 20€ en complet

Mega Drive : 5€ en loose, 12€ en complet

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (2 vote(s), moyenne: 9,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Lire les articles précédents :
T’ai Fu : Wrath of the Tiger

T'ai Fu : Wrath of the Tiger est un jeu d'action sorti sur Playstation en 1999. Il met en scène...

Fermer