Nigel Mansell’s World Championship Racing

Boite Super Nintendo du jeu Nigel Mansell's World ChampionshipNigel Mansell’s World Championship Racing – Super Nintendo, Mega Drive

Un jeu de course à la première personne sorti d’abord en 1992 sur Amiga et Amstrad, puis en juillet 1993 sur Nes, Super Nintendo et MegaDrive. C’est la version 16bits qui nous intéressera aujourd’hui, dont le jeu sacre la victoire du pilote britannique Nigel Mansell comme champion mondial de F1 en 1992.

Nigel il roule vite, Nigel il roule bien !

nigel mansell victory in 1992 with renault canon williams

Nigel Mansell en 1992, l’année de la victoire avec l’écurie Renault Williams.

Vous l’aurez compris, la star du jeu c’est Nigel Mansell, pilote britannique de Formule 1 et d’Indy Car, que seuls les vieux briscards comme moi se souviendront. Notre pilote moustachu fut sacré en 1992 lorsqu’il remporta le championnat mondial de F1, explosant littéralement plusieurs records, dont le nombre de pôle positions et de victoires, et le faisant ainsi entrer dans le panthéon des plus grands coureurs automobile des années 1990.

L’engouement pour ce sportif, alors célèbre, fut tel que la même année, un jeu de course dont il fut le héros fut sorti, principalement sur consoles informatiques, dont l’Amiga 500 et l’Amstrad CPC. Ce n’est qu’un an après qu’il fut adapté pour des consoles plus répandues, dont la Nes pour la version 8bits, la Mega Drive et la Super Nintendo pour la version 16bits.

Le jeu retrace donc logiquement la saison 1992, avec 16 circuits aux quatre coins du Monde, avec comme adversaires 11 autres pilotes tout aussi célèbres pour l’époque (dont G. Berger, M. Schumacher, J. Alesi ou encore Mika Häkkinen) dont le seul pilote jouable sera notre souriant Nigel. Bah oui, les moustachus avaient la cote dans le jeu vidéo des années 1990…

Un championnat de F1 chaud bouillant sur console oldie

 Bon, si vous ne supportez absolument pas le pilote britannique, le jeu vous propose tout de même de modifier le nom du coureur, ainsi que son pays; à vous de voir si vous préférez garder l’esprit du jeu ou plutôt jubiler devant une victoire de “Nono93”, ou même offrir enfin à Sébastien Bourdais une image de son nom situé à la première place d’un Grand Prix. Mais par contre, attendez-vous à rouler de force dans le cockpit d’une Renault-Williams; ça tombe bien, c’est que qui se faisait de mieux dans ces années-là.

La liste des circuits et leurs informations dans Nigel Mansell's World Championship

Les 16 circuits respectement parfaitement les tracés de l’époque

Le jeu vous propose deux moyens de courir : soit en course simple en choisissant votre circuit, soit en championnat, avec la liste prédéfinie des étapes, et sans possibilité de refaire une course évidemment. Pour chaque course, il est par contre possible de courir les qualifications, afin de tenter d’obtenir une bien pratique place en pôle position; attention néanmoins, vous n’aurez qu’un tour pour vous qualifier ! Vous pourrez quitter le mode après chaque course, puisqu’un password vous sera remis pour chaque étape.

Le déroulement de la course se fait de manière logique sur plusieurs tours, selon la longueur du circuit, mais rarement en dessous de 7 tours. Cette distance vous obligera probablement à passer au moins une fois au stand, pour changer vos pneus notamment.

Les pneus demanderont justement une bonne gestion, puisque trois types sont disponibles : durs, souples et de pluie. Parce oui, il ne fait pas toujours beau chez l’ami Nigel, même s’il est assez étonnant de se prendre une violente rincée en plein GP de Mexique… Mais la météo changeante apporte un plus au jeu et au gameplay.

La liste des réglages de votre F1 avant chaque course

Trois pièces sont réglables avant de démarrer la course

Ce qui est également observable et agréable, c’est la possibilité de modifier votre voiture avant chaque course : même si cela ne concerne que quelques pièces, les puristes apprécieront de pouvoir personnaliser leurs réglages selon le circuit.

Vous aurez donc le choix entre trois types d’ailerons (faiblement inclinés, moyennement et fortement), trois types de pneus (souples, durs et pluie) et la boîte de vitesse (courte, moyenne, longue), et évidemment le passage des vitesses automatique ou manuel.

Faire la course ou s’entraîner à la faire

Mais Nigel Mansell ne sera pas là que pour conduire la Williams-Renault à travers les divers circuits proposés : le pilote est également présent pour confier ses conseils et faire de vous un vrai champion.

Ecran de sélection des modes de jeu dans Nigel Mansell's World Championship

Le mode entraînement est différend de celui des conseils du maître

Le mode “Mansell’s Advice” (le conseil de Mansell, pour ceux qui se seraient pas bilingues…) vous permettra de recevoir les conseils du moustachu à grande vitesse pour chaque circuit, d’abord grâce à un petit texte (en anglais, évidemment…), mais aussi au cours de l’évolution sur le circuit, avec l’indication de vitesse idéale à avoir pour chaque virage, et le visage digitalisé de notre champion qui vous observe, prêt à vous coller une fessée pour chaque sortie de piste, et des conseils incompréhensibles et criés, que doivent être “gauche ou droite” ou “freine ou accélère”.

Afin de finir sa formation, il vous sera possible de profiter d’un mode entraînement de quatre tours sur le circuit de votre choix; attention néanmoins, vous serez bridés sur les deux premiers tours à une vitesse maximum afin que vous appreniez d’abord le circuit avant de foncer tête baissée. Sage décision.

Un jeu plus arcade que simulation

Le jeu se présente tout de même comme relativement facile : la conduite est simple, la voiture colle bien au plancher, roule vite et possède largement assez d’accélération pour ne pas avoir à souvent changer de vitesse, même après s’être pris un concurrent (bah oui, Renault n’allait pas cautionner un jeu où sa voiture est un veau…).

Les options proposent bien un mode simulation, mais celui-ci s’avérerait… presque plus facile que le mode arcade ! La F1 tourne mieux, et même si les risques de sous-virage sont plus grands, on a l’impression que la voiture se pilote mieux. Bon OK, quand on s’est tué des heures sur les actuels Gran Turismo et autres Forza, ce genre de jeux doit forcément paraître aujourd’hui un peu facile !

Mais attention, la victoire n’est pas pour autant assurée : les adversaires sont têtus, et ne rateront pas la moindre de vos fautes pour prendre le dessus. De plus que la conduite à la première personne pourra en désaxer plus d’un, notamment celui qui préfère regarder le paysage…

Une capture d'écran en course du jeu Nigel Mansell's World Championship

Le circuit de Monza, situé en pleine forêt, est ici bien reproduit

A ce propos, on remarquera que si les décors ne sont ni laids ni appliqués, ils manquent de détails et de cohérence. Lors du GP de Monaco, on se retrouve en effet sur les bords de mer, avec les immeubles de la principauté en fond, mais… la piste est entourée de champs. Bah, vous n’êtes pas venu pour faire du tourisme, mais pour vous concentrer sur l’asphalte.

Les graphismes des voitures sont également globalement bien réalisés, et on appréciera quelques petits détails comme les mains de Nigel Mansell qui tournent le volant lors de virages, et les rétroviseurs qui affichent bien, avec quelques pixels de couleurs, la présence d’une voiture sur vos talons. C’est qu’il est temps d’accélérer pour gagner et rendre hommage à ce grand sportif que fut Nigel Mansell !

Les meilleures enchères pour Nigel Mansell’s WCR sur SNES :

Informations techniques

Développeur : Gremlin Interactive
Date de sortie : Juillet 1993 (console 16bits)
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Course automobile
Durée du vie : Comptez environ 12 minutes par circuit, qualifications comprises. Donc environ un peu plus de 3h pour le championnat complet.
Cote de prix au 20/9/2011 : 5€ en loose, 10€ en complet (selon état)

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (2 vote(s), moyenne: 9,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Lire les articles précédents :
Visuel du héros de Heart of Darkness, Andy, et de son chien
Heart of Darkness

Heart of Darkness est un jeu de plates-formes et réflexion sorti sur Playstation en 1998, en 2D. Il est connu...

Fermer