Super Mario Kart

Boîte du jeu Super Mario Kart sur Super NesSuper Mario Kart – Super Nes (SNES)

Fort d’une série de neuf opus (dont deux sur borne arcade), la licence Mario Kart est une des plus célèbres et appréciées au monde. Premier jeu spin off de Mario, Super Mario Kart, sorti en 1993 sur Super Nes, est probablement le jeu inspiré de l’univers du plombier ayant reçu le meilleur accueil. Test d’un véritable classique.

Super Mario Kart, ou le plombier le plus rapide du monde

Sorti de l’imagination du génial Shigeru Miyamoto, Mario apparaît dans son premier jeu, Mario Bros., en 1985 sur console Nes. De jeu en jeu, Mario devient non seulement une référence du jeu vidéo, mais également une véritable icône du monde virtuel. Surfant sur la vague du succès, conforté par l’accueil du public de l’excellent Super Mario World sur Super Nes en 1991, Nintendo lance un spin off (jeu inspiré d’un univers) relativement curieux : des courses de kart 100% arcade, avec les figures des jeux de la licence Mario aux commandes des engins.

Super Mario sur son karting

Des plates-formes aux circuits, il n’y a qu’un pas !

Si aujourd’hui cela nous apparaît comme une évidence, à l’époque c’était certainement une idée bien originale. Usant de l’aspect rigolo et enfantin de Mario, l’accent était mis sur la convivialité et le fun plutôt que la simulation. Il est indéniable qu’aujourd’hui, même les plus récents jeux de la licence Mario Kart conservent un gameplay basé sur le fun et non sur la simulation. Peut-être aussi pour cela que de nombreuses demoiselles y jouent avec plaisir…

Devenu très vite une référence du genre, Super Mario Kart sur Super Nes fit de plus en plus d’adeptes. La recette ayant fait ses preuves, les petits amis de Mario ont subitement également été pris de kartingite aiguë : Megaman avec Megaman : Battle & Chase (PS1) ou Crash Bandicoot avec Crash Team Racing – CTR (PS1) .

Mario et ses amis continuèrent également à se défier régulièrement sur le circuit, de plus en plus nombreux en piste, marquant ainsi chaque nouvelle console de leurs empreintes de pneus slick. Test du jeu qui a lancé une des licences les plus juteuses de l’histoire du jeu vidéo.

Un cocktail efficace : karts, amis et coups bas

Super Mario Kart débarque en 1993 sur la performante Super Nintendo. Mario n’avait pu s’y illustrer (pour l’instant) que dans un seul jeu, et quel jeu ! Super Mario World, sorti en 1991, est montré par certains comme le meilleur opus de la série Mario avec Mario 64. Il est alors indéniable que le plombier avait déjà subjugué les utilisateurs de Super Nes.

Un podium dans Super Mario Kart sur Super Nes

Les vieux ennemis de Mario sont toujours de la partie…

Attendant tous les nouvelles aventures de l’italien, c’est un véritable spin off qui leur est proposé un an après la sortie de Super Mario World : un jeu 100% course et arcade, bien loin des plates-formes généralement empruntées par Mario. Peu importe, le concept est appétissant pour tous.

Le principe est simple : se défier sur des circuits plus ou moins complexes, en course simple ou en championnat. Pour se faire, vous disposez d’un kart, de votre talent de pilote et de quelques items destinés à ralentir vos adversaires. Et c’est certainement le concept qui a fait exploser Super Mario Kart.

L’issue de la course de dépend pas de votre qualité de gamer (un peu quand même…), mais plutôt de votre aptitude à faire la nique à lancer des coups bas à vos adversaires. Ainsi, tout le monde peut gagner et s’amuser de la même façon. Ingénieux, encore une fois.

Courses dans l’univers merveilleux et cruel de Mario

En vue à la 3e personne, vous vous lancez sur la piste occupée par 7 autres adversaires. Le panel des personnages jouables est évidemment encore restreint : 8 personnages divisés en 4 classes : les pilotes équilibrés (Mario et Luigi), les légers, maniables mais lents (Toad et Koopa), les vifs (Yoshi et Peach) et les lourds mais rapides (Bowser et Donkey Kong Junior).

Circuit du chateau de Bowser dans Super Mario Kart sur Super Nes

Les circuits inspirés du château de Bowser comptent parmi les plus difficiles

Ce qui est appréciable, c’est que les circuits s’inspirent vraiment de l’ambiance de la série Mario : on retrouve des circuits basés sur le château de Bowser, d’autres sur les maisons hantées, ou encore sur les prés qui composent généralement les premiers niveaux des opus plate-forme. Les décors sont beaux, riches et colorés, à la hauteur des performances de la Super Nes.

On remarquera aussi la division de l’écran en deux parties : en haut, l’écran de conduite habituel avec tous les indicateurs (position, item, temps…). En bas, soit un rétroviseur, soit une carte du circuit et la position actuelle des concurrents… pratique ! Si un deuxième joueur rejoint la partie, il se placera logiquement dans la seconde moitié de l’écran.

Ce qui l’est moins, c’est le système graphique utilisé. Votre personnage et ses mouvements sont interprétés par plusieurs sprites (trames), mais reste toujours au centre de l’image. Ce qui bouge et avance, c’est le décor… Si le rendu est assez convainquant, le système nuit fortement à la maniabilité. Le kart donne parfois l’impression de glisser, voir de se déplacer en crabe. Certains virages seront donc difficile à gérer, puisque manœuvrer avec précision est plus que difficile. Il arrivera même que vous vous preniez un obstacle malgré que vous l’ayez anticipé plusieurs secondes à l’avance. Rageant quand on se bat également contre un adversaire collé au pot d’échappement…

Bananes, éclairs et carapaces rouges

Bien sûr, la réussite du jeu vient surtout de son aspect arcade et fun, loin de la simulation pure et dure. Et son aspect principal vient probablement de l’utilisation d’items afin de barrer la route ou de ralentir vos concurrents.

boites a objet dans le jeu de course super mario kart sur SNES

N’oubliez pas de récupérer un objet par tour, ils peuvent changer la course !

Le sol du circuit (qui peut être en terre, en bitume, en pavés ou même en sable) est jonché d’objets à récupérer. Les plus courants sont les pièces; ici, le but n’est pas d’en récolter 100 pour obtenir une vie, mais d’en garder toujours au moins une. A chaque choc avec un adversaire, votre personnage perd une pièce; ce sont deux pièces qui vous seront rackettées par le magicien sur son nuage s’il doit venir vous chercher dans le vide, dans la lave ou dans l’eau. Si votre “porte-monnaie” est vide à ce moment, la sentence sera inévitable : quelques tête-à-queues de pénalité, qui vous feront perdre quelques importantes secondes. Par contre, avec 10 pièces, votre vitesse se montrera augmentée !

Mais les pièces seront bien inutiles pour lutter contre la bande d’acharnés lancés sur le circuit et bien décidés à remporter la course, avec ou sans coup-bas. Pour leur rendre la pareille, une seule solution : récupérer un des items placés à l’intérieur des plaques “point d’interrogation” disséminées sur chaque circuit. Peu utiles (peau de banane) à carrément dévastateur (éclair rapetissant), les items vous aideront à ralentir poursuiveurs et poursuivis.

Le mode de jeu principal de Super Mario Kart étant le mode championnat, jouable seul ou avec un ami, récupérer le maximum de points est donc crucial pour terminer sur la première marche du podium. N’hésitez donc pas à échafauder des plans machiavéliques pour vous défaire de vos ennemis : dégommer un adversaire juste avant la ligne, garder un item intéressant bien au chaud pour plumer vos concurrents au bon moment. Car avec la difficulté du mode “100cc” (difficile) et une IA pas minable pour l’époque, ne conduire qu’avec ses mains sans se servir de son cerveau sera parfois insuffisant…

Un tour de kart seul ou à deux… et un CPU bien sadique

Jouable à un ou deux joueurs, Super Mario Kart offre 4 modes de jeu : Championnat (1-2 joueurs), Contre-la-montre (1 joueur), Course Simple (2 joueurs) et Bataille (2 joueurs). Le championnat offre l’accès à 3 coupes en mode 50cc (moyen) et 4 en mode 100cc (difficile). C’est peu par rapport aux nombreux circuits et personnages disponibles dans les opus récents, notamment sur Wii, mais pour l’époque, c’est plus que convenable.

Le circuit Rainbow Road dans Super Mario Kart Super Nes

Le Rainbow Road, circuit légendaire repris dans tous les Mario Kart

Surtout que le mode 100cc est plus que costaud… L’IA des adversaires est correcte, des circuits pas piqués des vers en matière de pièges, et le maniement peu précis rend difficile la victoire à tous les coups… Jusqu’à la mythique course finale, la “Rainbow Road”, au tracé d’apparence pas si difficile, mais gare ! Les pièges du circuit comme ceux posés par l’ordinateur vous enverront bien souvent dans les limbes interstellaires…

Au final, on s’amuse encore bien avec Super Mario Kart. Même si la fracture avec les versions récentes se fait de plus en plus affirmée (nombre de personnages, de circuits, d’items…), ce premier opus reste une référence. Nombreux seront ceux heureux de retrouver un jeu avec lequel il ont probablement déjà joué au moins une fois. Les 4 modes permettent de jouer plusieurs heures… et de recommencer !

Lisez aussi notre article sur Florent Lecoanet, le multiple champion du monde français de Super Mario Kart !

Les meilleures enchères pour Super Mario Kart sur SNES

100% ORIGINAL NINTENDO / SNES / SUPER NES - SUPER MARIO KART - FAH -

8,50 EUR (4 Enchères)
Date de fin: dimanche déc.-16-2018 22:28:45 CET
Enchérir | Ajouter à vos Affaires à suivre

Super Mario Kart Super Nintendo SNES Cartridge PAL

13,52 EUR (6 Enchères)
Date de fin: dimanche déc.-16-2018 23:19:03 CET
Enchérir | Ajouter à vos Affaires à suivre

Informations techniques

Editeur et développeur : Nintendo
Date de sortie : Janvier 1993
Nombre de joueurs : 1-2 joueurs
Style de jeu : Course arcade
Durée de vie : Environ 6-7h pour finir les championnats
Cote au 1/06/2012 :
25-30€ en complet (selon état) – 15€ en loose

Un petit vote pour cet article ?

NulMauvaisBofPas topMoyenCorrectPas malBonSuperExcellent (1 vote(s), moyenne: 9,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

3 commentaires sur cet article

 
  1. Je viens de lire votre article. Petite correction a noter. Le mode 150cc serait pour ma part le mode hard (a débloquer après avoir fini en 100cc)

    Répondre
  2. ahlala.. que de souvenirs… d’innombrable heures passer à jouer avec mon petit frère qui ne comprenais pas comment je démarrais plus rapidement que lui :))

    Encore aujourd’hui j’y joue, mais cette fois si avec mes fils.

    Répondre
  3. Le circuit étoile à la fin du jeu !

    Répondre

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Lire les articles précédents :
NeoRetro Test : Rayman 1 VS Rayman Origins

Faisant écho au best seller sorti en 1995, le Rayman Origins d'Ubisoft de 2011 vient titiller notre nostalgie de retro-gamers....

Fermer