Tortues Ninja : Fall of the Foot Clan

Boite du jeu Tortues Ninja sur Game BoyTortues Ninja : Fall of the Foot Clan – Game Boy

Malgré le succès indéniable du dessin animé comme du comic, les Tortues Ninja n’ont été que peu adaptée en jeu vidéo avant les années 2000. Après le célèbre passage sur NES, les quatre tortues débarquent avec Fall of the Foot Clan, un beat’em all en 2D sur Game Boy, qui ouvrira les portes à deux autres épisodes sur la console portable de Nintendo.


 

Les Tortues Ninja, des égouts aux écrans

Apparues en 1984 sous la plume de Peter Laird et Kevin Eastman, les Tortues Ninja sont d’abord réduites aux comics. On les retrouvera dès 1987 en dessin animé à la TV, mais elles devront, malgré leur succès, attendre 1989 avant d’être adaptées en pixels.

 

Le passage aquatique difficile dans le jeu Tortues Ninja sur NES

Le célèbre niveau aquatique, tristement célèbre pour sa difficulté

Le premier jeu vidéo inspiré de l’univers des Tortues Ninja sort sur Nintendo NES en 1989, adapté également sur Atari, Amstrad ou Amiga. Simplement intitulé Teenage Mutant Ninja Turtles, le jeu est célèbre dans l’univers du retro-gaming pour sa difficulté abusive, soulignée dans les critiques aiguisées du Joueur du Grenier et de l’Angry Video Game Nerd.

 

Malgré sa difficulté, nombre de fans des quatre frères tortues possédèrent le jeu pour le plaisir de jouer avec ces drôles de justiciers. Après un passage sur borne d’arcade (adapté sur NES), Konami rempile donc en 1990 pour un nouveau jeu en 2D, sur Game Boy cette fois.

 

Kowabunga !

Pour leur première expérience sur console portable, les Tortues Ninja sont affublées du scénario-type : leur belle, à savoir la journaliste April O’Neil, a été enlevée par le clan des Foot, les sbires à la solde de Shredder et Krang. Ils vont donc devoir traverser New-York de fond en comble pour la retrouver, histoire qu’il y ait quelqu’un pour aller leur chercher leur pizza ce soir. Ils ont bon être des justiciers, ça reste des mecs, des vrais.

 

La moto des Foot dans le premier niveau des Tortues Ninja sur Game Boy

Hormis quelques objets (comme ici la moto), tous les ennemis sont destructibles

Assez court, le jeu est composé de 5 niveaux, chacun composé de plusieurs plans et d’un boss de fin. En 2D déroulante de gauche à droite, vous devrez évoluer tout en décimant les rangs des Foot et de leurs machines. D‘un style purement basé sur le Beat’Em All, vous n’aurez principalement qu’à vous inquiéter des ennemis. Les phases de plate-forme sont quasi-inexistantes quand la réflexion, elle, est absolument absente.

 

Le point agréable est que tout ennemi, quel qu’il soit, est destructible en un seul coup (sauf les robots roulants du dernier niveau). Le champ de vision étant réduit, les ennemis apparaissent subitement et il faudra compter sur vos réflexes de ninja pour les vaincre.

 

Pour traverser ces 5 niveau, vous aurez en tout et pour tout 4 vies : celle des quatre Tortues Ninja engagées dans la chasse au Krang sauvage. Chaque défaite entraînera la séquestration de ladite tortue, la rendant non-sélectionnable dans le choix du personnage… et cela jusqu’à que toutes aient disparu. Mais toi, petit pro du retro-gaming, tu sauras palier à ce désagrément, hmm ?

 

Un bâton, c’est plus long qu’un saï. Il paraît.

Comme dans la version sur NES, les quatre tortues sont assez inégales. Si le sprite utilisé pour le design est le même pour toutes, et en l’absence de couleurs, seule leur arme permet de les différencier. A nouveau, c’est le pauvre Raphael qui est le vilain petit canard du groupe, avec ses Saï à l’allonge trop réduite. Suit Michelangelo, puis Leonardo et Donatello, qui possèdent une allonge quasi-identique. Débarrassez-vous donc d’abord du petit rouge, de préférence…

 

Shiruken dans le jeu Tortues Ninja sur Game Boy

Le shiruken est la seule arme longue portée des Tortues

Les Tortues possèdent trois types d’attaques : un coup d’arme au sol, un coup de pied lors des sauts, et l’envoi d’un shiruken en position accroupie. Cette dernière est d’ailleurs bien pratique pour toucher les ennemis à distance, mais demandera, pour certains types, d’être lancée deux fois afin de détruire l’opposant.

 

Ce qu’on appréciera, c’est la rapidité avec laquelle la Game Boy traite le mouvement des Tortues Ninja : la latence est quasiment inexistante, les coups sont rapides et les tortues se retournent instantanément. C’est probablement la force du soft : puisque Fall of the Foot Clan n’est rien de plus qu’un petit Beat’em All, la partie combat est soignée et efficace.

 

On se prend d’ailleurs à recommencer plusieurs fois certains niveau tant le principe est simple mais amusant. Pourtant, le jeu souffre du même défaut que l’opus sur NES : un mauvais dosage de la difficulté… mais dans l’autre sens cette fois !

 

Krank et ses Foot ramollis ou Tortues Ninja en pleine apogée ?

Annonçons tout de suite la couleur : Fall of the Foot Clan fait partie de ces mini-jeux sortis sur Game Boy, comme l’est également le trop court mais néanmoins génial Kirby’s Dream Land. Cinq niveaux, c’est peu, d’autant plus que le gameplay est simple et les défis absents.

 

Le boss Shredder dans le jeu Tortues Ninja sur Game boy

Honte à lui, Shredder est probablement le boss le plus faible du jeu !

Au final, les ennemis ne devraient pas vous poser de problèmes. Rares sont ceux qui attaquent de loin, et tous disparaissent avec un seul coup. Malgré une variété correcte d’ennemis (Ninjas Foot, petits robots, chauves-souris, piranhas), l’ensemble ne pose pas de problèmes.

 

Les boss eux-même sont défaits rapidement, en seulement cinq coups. Se présenteront à vous, dans cet ordre : Rocksteady le rhino, Bebop le sanglier, Baxter la mouche, Shredder et enfin Krang dans son golem. Très linéaires, les actions des boss se devinent rapidement, et la victoire est vite remportée.

 

Côté tortues, chacune d’elles possède une barre de vie de 8 unités; chaque choc coûte une unité au “chevalier d’écailles et de vinyle”. Pour récupérer de la santé, seul l’aliment préféré et unique des Tortues Ninja sera utile : la pizza se trouve en quart pour un regain de deux unités de santé, ou en pizza entière pour 4 unités. Et le jeu est relativement généreux en pizza pour arriver jusqu’au niveau 5 avec la même tortue.

 

Seul le dernier niveau, celui du Technodrome, peut vous donner un peu de fil à retordre avec sa masse d’ennemis surgissant en même temps. Et encore : s’il arrivait que vous perdiez vos 4 Tortues Ninja, le jeu propose de choisir son niveau dès l’écran de menu. Vous ne perdrez que votre score et la “chance” d’assister à la fin complète. Mais sur console 8bits, ça reste quand même moins frustrant…

 

Un jeu qui casse du ninja sans casser des briques

Mini-jeu de Krang dans Tortues Ninja sur Game Boy

Le mini jeu de Krang demande tout de même un peu de réflexion !

Au final, Tortues Ninja : Fall of the Foot Clan est un jeu bourré de bonnes intentions, mais laissant un goût d’inachevé. Pour preuve, le niveau 1 propose d’accéder à des mini-jeux si vous trouvez les recoins cachés du niveau. Sans pour autant demander un QI de diplômé d’Harvard, ces mini-jeux (réflexion, ball-trap…) sont une réelle bonne idée pour donner un peu de pep’s à l’aventure principale tout en l’allongeant un peu, et en remplissant votre barre de vie si vous sortez vainqueurs.

 

Malheureusement, oubli involontaire ou intentionnel des développeurs de Konami, les mini-jeux seront totalement inexistants dans le reste du jeu. Pourquoi ?? Nul ne sait !

 

Mais on pourra dire que le jeu est tout de même loin d’être bâclé; un petit jeu sans prétentions qui ne déçoit pas. Les sprites sont corrects pour le début de la Game Boy,  les écrans de narration bien dessinés, les musiques fidèles à l’Anime et le fun bien présent. Tout bon fan des Tortues Ninja ne se lassera pas de recommencer le jeu en testant ses réflexes, tout en cassant de l’ennemi aussi rapidement que possible.

 

De toutes façons, terminer le jeu ne prend qu’une bonne demi-heure, et se trouve en occasion à quelques euros, alors il n’y a rien à perdre ! D’ailleurs, je pense savoir ce que je vais faire de la prochaine demi-heure, tout en fredonnant un air bien connu de la génération 80-90’s :

Les Tortues Ninja – Générique du dessin animé
 

Informations techniques

Développeur et éditeur : Konami
Date de sortie : Août 1990
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Beat’em All
Durée de vie : Environ 30 minutes
Cote au 05/02/2013 :
3€ en loose, 9€ en complet
(selon état)

Un petit vote pour cet article ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (1 vote(s), moyenne: 9,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis mon enfance, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur les manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont permis de me créer des souvenirs, des sensations et une belle ludothèque de jeux considérés aujourd'hui comme rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales expériences que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Artwork de la tortue Ninja Raphael par Dave Rapoza
Dave Rapoza : des dessins réalistes de héros retrogaming !

Dave Rapoza est un dessinateur de talent qui propose des dessins de divers et héros d'univers différents, dans un style...

Fermer