SEGA Systèmes : Model 1 / Model 2 / Model 3

SEGA Système Model 1, 2 et 3 : SEGA c’est plus fort que 3

Vous savez, cette sempiternelle question relou qui à un moment refait surface lorsque vous discutez Jeux Vidéo avec quelqu’un du style : “et toi, t’es plus SEGA ou Nintendo en fait ?”… et blablabla. Cette sorte de questionnement qui ne mène, dans le fond, nulle part si ce n’est qu’à parler de jeux et de consoles. Point. Bien que…

Ce qui m’avais vraiment marqué à l’époque (et encore aujourd’hui), c’est cette assise Royale sur le trône en forme de borne d’arcade sur laquelle s’était fièrement affalé SEGA durant la période 1993 et 2000, une époque où lorsqu’on franchissait l’entrée d’une arcade room, on pouvait y voir un attroupement de dudes en hyperventilation, suant des mains et tapant des crédits de folies sur les bornes les plus sophistiquées en boudant complétement les autres machines du lieu. Il y a avait à ce moment, LA série de jeux 3D texturés  qui forçaient indubitablement le respect. Je pense d’ailleurs, que c’est grâce à cette période si je répondrais “moi je suis davantage SEGA”.

Amis arcadiens et arcadiennes, ployez le genou devant les systèmes Model 1, Model 2 et Model 3

Préambule: le SYSTEM 32, un système qui SEGAre

borne d'arcade alien 3 the gun sur sega model 1

Alien 3 The Gun (1993), un railshooter de renommée sous le System32 de SEGA

En l’an SEGA 1991, le redoutable premier système 32 bits ‘’system32’’ et ses 16000 couleurs avait, de par sa rareté, peu marqué les esprits collectifs des Arcadiens. Un système légèrement oublié ou tout simplement peu rencontré, et c’est bien dommage car certaines cartouches étaient techniquement très audacieuses ! Cette volonté de SEGA de sans cesse pousser les choses de plus en plus loin dans le domaine de l’arcade me plaît, quitte à se planter, à refaire, à retenter etc.,  c’est vraiment plus fort que toi en fait.

Il est important de souligner le  très rare beat em’up Arabian Fight, le Air Rescue qui sous l’évolution du système MultiSystem32 permettait de nous proposer une simulation d’hélico sur double écran,  la superbe suite de Golden Axe, et surtout le cultissime rail shooter Alien The gun sorti en 1993, qui selon moi restera le jeu phare du S32. Je ne pourrais pas parler des autres jeux, je pense n’y avoir jamais joué.

MODEL 1 (1992) : un premier modèle concluant

Début 1992, on nous sert une sauce déjà beaucoup plus épicée : avec  un  rendu de plus d’ 1 millions de pixels par seconde, un Float Shading qui semble déjà au point pour conceptualiser des futurs jeux de grande envergure avec une technique graphique Alpha Blending (transparence) beaucoup plus affutée et précise. Un système qui ne repose pas sur une architecture parallèle, mais sur un traitement séquentiel de l’information très classique. Muni de quatre coprocesseurs ultra rapides DSP de Fujitsu qui offrent carrément l’excellence en matière de performances graphiques.

Le SErvice GAme nous garantit donc  le meilleur du moment graphiquement parlant avec le Model 1 !

jeu arcade cyber sled borne namco system21

Cyber Sled, un très bon jeu du System21 de Namco, précurseur de la 3D polygonée et perdu dans l’oubli

Néanmoins, SEGA  est au centre d’un clash sans pitié en la matière avec NAMCO qui avait déjà lancé les hostilités quelques années auparavant avec son System 21 “Polygonizer” avec des jeux de bonne facture comme Star Blade Cyber Sled, un jeu de tir futuriste à la troisième personne qui exploitait déjà très bien la 3D polygonée mais qui, injustement, n’avait pas rencontré le succès escompté.

Mais bon, vu que le modus operandi de SEGA c’est de ne jamais baisser le regard et d’être sans cesse dans la contre-attaque, il va faire longer les murs de NAMCO en douceur en lâchant beaucoup de billets pour s’associer avec la société D.E.A (Digital Electric Aerospace) spécialisée dans les simulations pour la NASA (haha les enfoirés quand même…).

PCB du systeme arcade model 1 sega

Le full set PCB du Model 1 n’est pas une mince affaire…

Model 1 claque une première  balayette sur les  jeux intéressants mais somme toute plus expérimentaux de NAMCO et se concentre sur les prémices d’une arcade 3D polygonées déjà d’une grande jouabilité, avec des machines plus colorées, bruyantes, visuellement très attractives. En moyenne, le développement d’un jeu d’arcade de ce type prend généralement une année, mais le Model 1 a nécessité trois ans de mise au point. Ce fameux moteur graphique a été assez long à développer. Sega possède un ensemble de routines graphiques 3D extrêmement perfectionnées, et avec eux, ça vaut toujours la peine d’attendre longtemps.

borne double 2 joueurs twin virtua rally namco

1992, la très soignée borne twin de Virtua Racing

Virtua Racing, 1200 unités vendus dans le monde. C’est le premier venu sous le système M1 de SEGA , un cobaye de choix, dodu, gourmand, qui deviendra par la suite un hit incontournable des salles d’arcade en matière de course auto sur une bonne partie de la mi-nineties, merveilleusement bien porté par la suite sur Mega Drive, Saturn, 32X et PS2 bien qu’aucune conversion ne vaille à mon sens la version coin-up. Malgré son succès, Virtua Racing ne couvrira pas les frais du coût de production.

On peut introduire une mini parenthèse sur Atari d’ailleurs, qui avait déjà, bien des années plus tôt, abordé la technique 3D avec la minuscule borne Hard Driving. Bon, c’était en 1988-89 aussi, et c’était quand même sacrement moins joli et moins confortable faut avouer.

gif combat virtua fighter 1 arcade

Virtua Fighter, polygon’s fight!

Les ripostes des deux géants Arcadiens NAMCO et SEGA sont donc carrément sans pitié.

On vit là les plus belles années de l’arcade. Fin 1993, SEGA sort son Virtua Fighter qui conquit un très large public immédiatement. A titre perso, étant un fin gourmet des versus fighting, je n’ai jamais réellement adhéré aux conversions des versus 3D en terme de gameplay. Même à l’époque de leur sorties d’ailleurs. Des sensations pas suffisamment badass et des animations trop lentes et flottantes à mon goût. Hormis cette parenthèse, les Virtua Fighter étaient une grosse série hin on est d’accord. Encore une fois, l’audace de SEGA paie, comme toujours quoi.

virtua racer sur borne d'arcade namco

Chez NAMCO, Ridge Racer fait de l’ombre à Virtua Racing.. THE War continue !

La même année, alors qu’il clame haut et fort que leur technologie hardware est un cran meilleur que celle de leur principal concurrent, NAMCO sort son System 22 et répond avec un missile extrêmement agressif : le très grand Ridge Racer (squattages intempestifs)! Un pilotage auto dans un sitdown très détaillé, des graphismes d’une technique et d’une précision ahurissante, les sensations de courses étaient  vraiment extraordinaires. Même Yu Susuki, ce vieux briscard, Maître SEGA vénéré et iconique, développeur du système SEGA AM2, de Virtua Racing, mais aussi Space Harrier, After Burner, Out Run, Power Drift, Hang On, etc., déclarait dans un interview de 1994 que le Ridge Racer était sans doute le meilleur jeu de l’année, mais… en n’oubliant pas de préciser qu’il aurait été encore meilleur si SEGA l’avait développé! Ce genre d’insolence que j’affectionne.

Haaalala… ce créneau 1994-2000. Les six années vraiment les plus folles de l’arcade carrément. Ces 6 années où même dans une taverne miteuse d’une campagne Slovène, on était capables de trouver un MODEL 1 de premier choix. C’était très haut.

yu suzuki responsable arcade chez Sega

Yu Suzuki, le patron de l’arcade a conceptualisé les plus grands hits chez SEGA. Respect éternel !

MODEL 2 (1993) – le top modèle de SEGArcade

1994, voici le système qui, à mon sens, est un des plus percutants de l’arcade dès la moitié des années 90 jusqu’à l’aube des 2000. Et pourtant, ceux qui me connaissent savent que je suis trèèès dur en négociations avec les jeux 3D en règle générale. Bien sûr, pendant ce temps, ailleurs, on peut souligner des gros titres comme le Darius Gaiden de Taito, le Samourai Shodown 2 de SNK, le Alien Vs Predator chez Capcom, le Golden Axe Duel, le trop méconnu Suikoenbu et autres douceurs SEGA sous le système ST-V Titan etc, mais il faut se reconcentrer sur le MODEL 2 ! Le MODEL 2 SVP !

Bah oui, ce viviers de sitdowns et de railshooters tellement luxueux que les 2 x 20 Francs de Coins pour 3 crédits de misère, qui dureront à tout casser 4 minutes, étaient demandés. Ça ne freinait cependant pas les “SEG’ardeurs” des kids agglutinés sur les MODEL 2. C’est par là que tout se passe en vrai.

Le Model 2, c’est un taf monstrueux de deux ans, et tout comme pour le MODEL 1, SEGA reste intelligemment en étroite coopération avec la société américaine General Electric et Martin Marrietta Corporation, fabricant de matériaux de production dans l’aéronautique et spatial, à l’origine de la conception des puces et des routines graphiques très performantes pour SEGA, notamment pour le placage de texture en temps réel.

Avec comme garde rapprochée le ST-V Titan a sa gauche et le Model 2 à sa droite, SEGA se sent en totale sécurité, et conserve son confort  au portique de l’arcade. Le M2 est basé sur un pur moteur graphique 3D. Le Titan repose lui, plus sur un hardware de technologie 2D à la base, même si elle est capable de manipuler de la 3D (je pense, là, de suite, à Radiant Silvergun, ce bijou de Shmup rejoué récemment) !

Par ailleurs, Yu Susuki précisait également que le coût du Model 2 était bien supérieur à celui du ST-V Titan. Mais sans donner de chiffre.

Et en terme de jeux ?

La 3D texturée semble tellement déjà parfaitement maitrisée et le premier grand succès de l’AM2 de Yu Suzuki restera à jamais gravé dans la légende. Quel jeune homme entre 30 et 40 piges et plus n’a jamais chauffé ce siège, entendu ce gimmick avec cette réverbe particulière : “Gentlemen, start your engine !” ou cette musique d’intro “Let’s go away” mélangée au brouhaha et aux cafouillages électroniques des salles d’arcade ? Mais oui, bien sûr qu’il s’agit de DAYTONA USA sorti en 1994.

daytona usa jeu de course arcade sega model 2

Daytona USA, sans doute le jeu de course le plus mythique de tous les temps en Arcade

Sensations de courses impeccables. Un carton international. Il y avait  les pros-Ridge Racer et les pro-Daytona. Pour ma part, les deux présentent leurs qualités. Je noterais que Ridge Racer marque un point sur la beauté graphique des circuits et l’inventivité des background. Côté sensations de course, je trouvais Daytona  légèrement moins rigide et plus réactif. Après, il est évident que de se refaire des jeux ainsi avec un stick controler en 2017, c’est un peu comme par dépit devoir regarder GOT en VF HDTV sur une 180 cm. La misère quoi.

jeu rail shooter zombies house of the dead 2 arcade sega model 2

The House Of Dead 2 sous le systême AM2 de SEGA n’est plus à présenter : Clic clac… Reloaaad !

Tout bon arcadien n’aura de peine à avouer que les 24 jeux du Model 2 auront marqué les esprits. Je parle surtout de Sega Rally, de House Of The Dead et des Virtua Fighter. Ci-dessous, je dresserais juste une short-list non exhaustive de mes M2 préférés et qui méritaient bien plus d’émules. Des jeux  qu’il faut à mon sens avoir testé une fois (en borne twin, avec volant adéquat et/ou lightgun), car comme vous le savez, j’aime aller chercher les grandes étoiles perdues dans les cieux sombres

Virtua Cop : Sorti en ’94. Pour le simple fait que ce soit le premier railshooter urbain en 3D texturé sorti en arcade et que je suis gros adepte de ce type de défouloir. Toujours et encore produit et supervisé par Yu Susuki et dirigé par Katsunori Itai et sa team SEGA Arcade. Un Run Gunning précurseur, qui a certes un peu mal vieilli, mais qui inspira les salves prochaines de Confidential Mission sur le Système NAOMI et autre  Time Crisis chez Namco pour ne citer qu’eux. Nous sommes en pleine période où les Rails Shooter incarnent une place prépondérante dans les salles semi-obscure.

borne d'arcade virtua cop sega model2

Virtua Cop. les prémices du railshooter en 3D polygonée

Virtua Cop, c’est 2 flics ; Michael Hardy, et James Cools qui vident leurs barillets Smith & Wesson 617 calibre 22 sur la bande de vilains criminels de la Devil Corporation. Comme dans tout Run Gunning qui ne se néglige pas trop, on a droit aux otages débiles qui font des coucous paniqués au moment où tu t’apprêtes à faire des perfect-headshot de 100 mètres et qu’il faut à tout prix laisser filer. C’est réellement à partir du stage 2, sur le chantier de construction, que la difficulté se corse (bon après, il y a que 3 stages aussi, c’est pas House of the Dead…). Le premier stage lui, c’est en fait est une sorte d’amuse-gueule qui consiste à te faire espérer que t’es trop le Charles Bronson du lightgun en plastique rouge  et en sous-espérant que tu puisse taper d’avantage des Coins dans la borne.

Soigné graphiquement, un flat Shading sans surenchère, efficace, coloré, la bande son de Kentaro Kayama (pour lequel on doit la très belle OST énervée de L.A MachineGuns sous le Model 3 et de Gunblade N.Y) est parfaitement arrangée même si on pouvait espérer plus de variantes qui auraient accentué la tension palpable à certains moments cruciaux du jeu. Mode 2 P quasi obligatoire !

Motor Raid : Dans les derniers jeux de course sortis sur Model 2, Motor Raid est barge. Il met en scène des motos du futur au design très soignés avec 5 circuits du cosmos sur des planètes complètement inconnues de la galaxie (putain, déjà rien que ça c’est kiffant).

borne arcade motos Motor Raid sega m2

La single et twin de Motor Raid. le jeu de moto futuriste le plus badass de l’arcade SEGA

Sur Yendas, Ido, Artika, Terga ou encore Kolda, les poursuites sont sans pitié aucune : latéral Kick, coup de faux géante, prothèse de griffe en fer façon le vilain Han dans Operation Dragon, chacun des 4 persos possède son arme pour buter les autres concurrents qui collent de trop ta carlingue polygonée. L’ambiance est deep et graphiquement très haute, et on sent déjà les prémisses du Model 3 arriver avec ce Motor Raid. Bien que peu technique dans le sens ou aucun obstacle ne se pointe sur les circuits, et que les sorties de pistes ne représentent pas de gros dommages, il est un gros défouloir en 1P (même au pad et au stick controler, ce qui n’est  pas toujours le cas avec ce genre d’Arcadisme), et est sans doute un des jeux les plus atypiques du genre sur le Model 2.

jeu de moto futuriste arcade motor raid sega model m2

Motor Raid, ce bijou graphique démontre combien la 3D texturée est au point sur le Model 2

Mention spéciale pour l’ambiance du  stage Yendas et ses vaisseaux qui survolent les pistes. Superbe.

Dynamite Cop (Dynamite Deka 2) : Mais quel beat’em all rempli de testostérone ! Une sorte de pré-GTA-like pédestre fini en 28 minutes mais où les possibilités de taper sur la gueule de l’autre est inouïe pour un arcade 3D de 1998. Haha ! J’ai rarement vu un jeu de baston en arcade où les décors étaient si interactifs ! Le moindre objet peut être utilisé comme arme et c’est carrément fou.

Poings, pieds, cuillère, bazooka, aspirateur, Kalash, M2, clé de bras multiples et placages au sol suivi de droite-gauche au menton, du sang, des arcs a flèches avec possibilité de planter plusieurs flèches sur un ennemi qui continuera à te courser, agonisant avec un tonfa en main, la possibilité de bouffer un gâteau dans une cuisine et de balancer l’assiette au visage du cuisto’ avant de taillader sa panse de cachalot a coup de hache . Bref, ce jeu est vraiment LA street credibility incarnée du Model 2 !

jeu beat em all violence dynamite cop dynamite deka 2 sur sega arcade

Tout est propice à se faire mal sur Dynamite Cop

L’action  ne se déroule pas sous un scrolling horizontal comme beaucoup de jeux du genre mais plutôt d’une façon multidirectionnelle avec des effets de zoom extrêmement bien calibrés et bien pensés. Sous son aspect très cinématographique (et pas dépourvu d’humour au passage), ce Dynamite Deka2 est un grand jeu sur lequel j’aurais pu faire un retro-test plus complet. Mais bon, je vous laisserais juste apprécier les vidéos. Une durée de vie un peu courte, mais de folie, et à partager avec un pote sadique, en coop, après une pizza courgette-poulet.

MODEL 3 (1996) : l’apothéose

Considéré comme étant LE système le plus puissant du marché de l’arcade, ce Model 3 a une capacité graphique tellement hors norme qu’il est capable d’afficher plus d’un millions de polygones 3D. C’est IBM qui se charge du processeur graphique cette fois (basé sur une toute autre architecture que ses prédécesseurs). Le Power PC. En cette année 1996, tout est revu chez SEGA pour atteindre le paroxysme du confort de l’arcade.

gif sega rally 2 version arcade sur sega model 3

Sega Rally 2 s’ajoute à la liste des grands classiques du Sega Model 3

On constate par exemple directement un anti-aliasing bien plus abouti et des nouveaux processeurs sonores. C’est sur ces deux points qu’on peut à mon sens reconnaître plus aisément un M2 d’un M3. Ce qui n’est pas forcément évident d’ailleurs si on en connait pas ou trop peu l’Histoire de SEGArcade. Comme ils ont souvent eu des collabs’ judicieuses, c’est avec la société américaine de défense et sécurité Lockheed Martin que SEGA concrétise un pacte. Le truc est donc très très chaud : 28 jeux, beaucoup de suites, mais également quelques grosses surprises. Le nombre de jeux est par contre plus limité que sur le Model 2 mais de premiers choix et surtout plus longs dans les processus de conception : on y retrouve les suites de Sega Rally, Virtua Fighter et Daytona,  Jurassik Park : Lost World en mode railshooter de grande envergure, le très joli et beaucoup plus rare L.A MachineGuns, et surtout l’un des plus beaux jeux d’arcade (et très onéreux !) de cette fin des années 90 : Star Wars Trilogy.

Je retiens la mission d’Endor qui débute à dos de speeder bike; une course folle sur la lune forestière d’Endor VS soldats impériaux et AT-ST de très grande qualité réadapté en 2014 sur le fantastique et assez rare Star Wars Battle Pod que j’ai retesté il y a quelques jours sur la grande foire de Liège.  J’étais bien entendu a des années lumières de pouvoir trouver cette borne à côté d’un baraquement a croustillons et saucisses géantes.

SEGAme, ouvre toi…

bornes arcade avec pistolets la machineguns sur sega m3

Gunblade NY et L.A Machineguns furent plus rares en salle d’arcade. deux railshooters de luxe pourtant!

Évidemment, et pour conclure, ce dossier n’était pas destiné a vous bourrer le crâne d’infos techniques et vous faire le topo du parfait électromécanicien (que je ne suis pas) tout en vous dressant un pseudo tutoriel d’ingénieur sur le JAMMA (que je ne suis pas non plus), comment procéder a la connexion du potentiomètre d’un volant sur une PCB pour jouer à Daytona 2, ou encore de vous dire : « courrez acheter une borne Twin, il y en a des pas si chères sur Ebay ». Ce n’est pas le but.

Via l’émulation en overscan 4/3, c’est parfait pour les sensations d’antan, en revanche un certain confort hardware doit être de mise car le M2 (et surtout M3) peuvent être gourmands en ressources. Vos vieux P4 sous Athlon AMD ou dual core couplé à des GEforce8 risquerait de se manger des glitch vidéos disgracieux sur la plupart des jeux de ces systèmes. Je vous laisserai le soin de tester ces systèmes SEGA comme vous l’entendez sur vos bécanes (ou d’une autre façon). Par contre, il est évident, encore une fois, qu’un Scud Race ou un Daytona est complètement interdit au pad au au stick, même pour les plus grands nostalgiques d’entre vous. Donnez du respect a ces jeux SVP.

L’univers arcade de SEGA, c’est des longues heures entre potes par temps pourri automnal, refaites-vous plaisir, lancez vous un House of Dead 2 en coop pour combler la nouvelle saison pourrie de The Walking Dead, achetez un volant Logitech  G25 à bas prix rien que pour profiter de Daytona USA, refaites moi ce plaisir de contempler la beauté d’un shmup 3D plein de testostérone et fini aux oubliettes tel que Zero Gunner, redonnez vie à l’excellent Behind Enemy Lines en vous immergeant dans cette jungle à dégommer des tanks et des soldats surarmés. Sega M1, M2, et M3 c’est plus de 50 jeux à greffer dans vos mémoires vidéoludiques pour autant que vous aimez les jeux qui dénouent les nœuds marins que vous avez dans le cerveau. Un modèle à suivre si c’est pas encore fait, un modèle endurant, référence ultime des nineties, et donneur de leçons nous pouvons le dire, dans ce gigantesque monde qu’est l’arcade.

Un petit vote pour cet article ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (8 vote(s), moyenne: 9,25 sur 10)
Loading...

Auteur: Hofusk

L’Amstrad CPC 464. C’est lui l’unique responsable de mon addiction. Je l’ai consommé rudement, de 1986 jusque 1992 environ.
Puis il y eu la phase obsessionnelle, il m’en fallait toujours plus. Quelques années plus tard, Je me suis mis à suivre une thérapie avec de la Super NES, de la Megadrive, de la PS1 et de la Lynx d’Atari. Je collectionnais tous les grands magazines sur le sujet, mais les effets secondaires étaient bien plus redoutables encore! J’avais l’impression d’être une bille dans la Galaxie d’Orion. C’était juste beau.
Bonjour, j’ai 40 ans, et il parait que je m’appelle Hofusk.

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
niveau kew gardens avec les potirons citrouilles dans medievil 2
Les plantes dans le jeu vidéo

Tout comme les êtres animés, les plantes ont connu de grands rôles au sein des jeux vidéo, tantôt alliées et...

Fermer