Donald in Maui Mallard

 

Boite du jeu Donald in Maui Mallard sur Super NintendoDonald in Maui Mallard (Cold Shadow) – Super Nintendo / Mega Drive

Il y a des licences comme ça qui déçoivent rarement, voir jamais. Disney fait partie de celles-ci, offrant aux consoles 16bits des jeux d’exception. C’est Disney Interactive qui se chargera de développer Donald in Maui Mallard en 1995, un de ses derniers, et peut-être meilleurs jeux sur console 16 bits.

 

Donald, brillant détective et puissant ninja

Donald in Maui Mallard fait partie de ces jeux de qualité qui sont légèrement passés dans l’ombre, malgré leur qualité. Peut-être est-ce la sortie du brillant Donkey Kong Country un an auparavant ou du fait que ce jeu ne soit pas tiré d’un film Disney ? Reste que Donald in Maui Mallard (aussi appelé Donald in Cold Shadow) offre aux consoles 16bits leurs dernières heures de gloires avec un de ces jeux qui supplanta largement la qualité des premiers jeux 32 et 64 bits.

 

Donald Duck dans son personnage du détective Maui Mallard

Maui Mallard est Donald en version détective sous les tropiques !

Cette fois-ci, c’est Donald, le canard râleur et constamment fauché de Disney, qui hérite du premier rôle. Ou non, c’est plutôt Maui Mallard, un des nombreux avatars de Donald qui mènera la danse. Inconnu du public, le personnage de Maui Mallard est un peu le Magnum de Disney : un détective chemise à fleur, casquette et pistolet, il ne manque que la moustache !

 

Le sympathique détective est appelé à la rescousse sur une île étrange pour retrouver une idole Shabuhm Shabuhm, dont la disparition pourrait entraîner la perte de l’île. Armé de son pistolet à cafards (ressemblant d’ailleurs curieusement à celui de Myster Mask), Maui Mallard va traverser les nombreuses parties de l’île pour établir son enquête, en commençant par l’unique et sombre manoir local, puis la jungle, le rivage, ou même des horizons beaucoup plus sombres dans l’occulte.

 

Le personnage Cold Shadow, ou Donald en ninja sur Super Nintendo

Cold Shadow, ou Donald puissance 1000

Heureusement, Maui Mallard possède un talent caché qui lui permettra d’avancer plus facilement : il ne fait qu’un avec un autre personnage, Cold Shadow, un puissant ninja maîtrisant le combat au bâton et les acrobaties. Maui Mallard ne passe pas pour autant à la trappe, puisque ses capacités resteront très utiles au cours de l’aventure, là où l’agilité et le bâton de Cold Shadow ne suffiront plus.

Assez bavassé, en route vers les sombres terres de l’île Mojo.

 

Deux canard, deux gameplay

Ne vous voilez pas la face, même si Cold Shadow est mis en avant au niveau publicitaire, et hérite même du jeu à son nom pour les premières versions Super Nes, pour son style et son charisme évidents, vous contrôlerez plus souvent l’amusant Maui. Certains niveaux ne seront jouables qu’avec Maui, alors que Cold Shadow ne sera pas toujours nécessaire, ni même disponible !

 

Bien que moins impressionnant, Maui Mallard possède tout de même des qualités propres. Évidemment, la plupart de ces spécificités viennent de son pistolet, qui offre notamment au détective une plus longue allonge. Pratique pour toucher les ennemis situé à longue distance, il pourra également s’en servir dans les phases aquatiques au gameplay assez spécial, grâce au recul du tir. Impossible donc de se diriger sous l’eau avec Cold Shadow, ni même de grimper aux lianes, ce dernier n’y arrivant pas… et c’est tout de même curieux de la part d’un ninja sur-entraîné !

 

Donald in Maui Mallard niveau du bateau englouti

Impossible de se diriger sous l'eau sans le pistolet à cafards !

Maui Mallard pourra utiliser son pistolet à cafards dans diverses occasions, et sous plusieurs formes. Si les projectiles standards sont illimités (ou limités à 50 dans la version SNES, mais se rechargent automatiquement), Maui pourra trouver des cafards de feu, ou électriques, dans la plupart des niveaux.
Si les cafards de feu ont l’avantage de poursuivre l’ennemi (mais ils sont bien moins forts que les projectiles standards !), les cafards électriques divisent le tir en trois, couvrant une plus grande surface. Les deux pourront être combinés pour de puissants projectiles à tête chercheuse. Mais vous verrez vite que les cafards standards suffisent largement.

 

Cold Shadow n’est lui disponible qu’à partir du second niveau, lorsque Maui se rend compte qu’il va avoir besoin de ses capacités de ninja. Mais attention, la transformation ne se fait pas à volonté ! Pour que Maui puisse devenir Cold Shadow, il lui faut ramasser des symboles yin/yang au préalable. Le système est bien simple : dès que vous avez au moins un symbole, ou au minimum le chiffre 1 dans votre jauge ninja, Cold Shadow et Maui sont interchangeables à volonté ! Ces symboles diminueront automatiquement avec le temps, ou l’utilisation de coups spéciaux… mais rassurez-vous, il est extrêmement rare que votre jauge ninja descende à 0.
Un stage sans symboles yin/yang se conclura par une utilisation obligatoire de Maui Mallard tout au long de ce dernier.

 

Le boss final du jeu Donald in Maui Mallard - Cold Shadow

Une jauge à 999 et un bandana noir, et Cold Shadow deviendra une vraie machine à tuer !

Inutile donc de dire que de nombreux stages se feront sans le ninja au bandeau sur les yeux. Mais qu’importe, celui-ci possède ses bons comme ses mauvais côtés. Bien sur, il possède une force de frappe bien supérieure à son alter égo en chemise à fleur; mais pour cela, il vous faudra récupérer le maximum de symboles yin/yang pour remplir une jauge allant de 0 à 999. Plus le nombre sera grand, plus Cold Shadow verra sa force de frappe multipliée et le nombre de combos augmenté. Cette force se manifeste par le changement de couleur du bandana et de la ceinture du ninja, allant du blanc au noir en passant par le rouge, le vert, le jaune…
Un bandana blanc ? Je vous conseille alors de rester sous la forme Maui tant que vous n’avez pas augmenté votre jauge !

 

Donald en Cold Shadow utilise son bâton pour escalader les murs

En utilisant votre bâton et le saut, vous pourrez escalader des parois inatteignables autrement

Cold Shadow est tout de même très pratique, et même nécessaire, dans nombre de cas. Rapide, puissant, c’est le spécialiste du combat au corps-à-corps. Maître de l’infiltration, le ninja saura utiliser le décor à son avantage : à l’aide de son bâton, il saura s’élever rapidement en hauteur. Observez donc bien l’environnement : chaque gargouille peut servir d’accroche à son bâton pour se balancer, comme les murs rapprochés peuvent lui servir à escalader en coinçant son bâton. Avec Cold Shadow, il y a toujours un moyen d’avancer !

 

On regrettera tout de même que la maniabilité des canards ne soit pas exemplaire : la vraie plaie du jeu se situe au niveau des sauts, qui sont réellement instables, tant pas la longueur que la précision. Pour faire un long saut, il faut au préalable prendre de la vitesse, chose impossible sur de petites surfaces, tant se retourner mobilise de l’espace. Il vous arrivera donc sans nul doute de rater plusieurs fois un saut; là où c’est vexant, c’est quand l’erreur n’est pas permise.

 

Un bon jeu retro peu difficile, jouissif, mais parfois énervant

Le scrolling est également moyen : en essayant d’offrir 75% de l’écran à ce qui se passe devant le canard, la caméra est en constamment en mouvement lors des phases d’aller-retour, ou même simplement quand vous tournez le canard. Pas terrible pour la nausée, mais le problème majeur de ce scrolling arrive lors des niveaux aquatiques : puisque vous ne pouvez avancer que grâce au recul du pistolet de Maui Mallard, vous avancer donc à reculons… Et donc votre visibilité n’est que de 25% de l’écran, puisque la caméra se fixe sur l’espace en face du canard. Pénible, surtout que la maniabilité sous l’eau, même si elle a le mérite d’être originale, n’est pas facile ni agréable.

 

Le niveau en saut à l'élastique dans Donald in Maui Mallard

Le niveau en saut à l'élastique : beau, original mais très dur !

Et c’est ce qui est dommage dans ce jeu pourtant parti pour être un vrai hit… et il en est potentiellement un ! Des graphismes au top du jeu 2D, des couleurs riches, des musiques entraînantes et très bien choisies; des niveaux tous différents, tant dans le contexte que le gameplay. Entre de simples niveaux de plate-forme dans des ruines ou d’infernaux stages en saut à l’élastique dans la jungle, Donald in Maui Mallard ne lasse jamais.

 

La difficulté est bien dosée, même si le soft reste plutôt facile. Les niveaux de plate-forme pure ne sont pas très difficiles, les stages spéciaux demandent un peu d’adaptation mais ne sont pas insurmontables. Les vies sont en nombre suffisant si vous ne faites pas le kamikaze, et la santé se gère bien, grâce à un système de points identique à celui de la jauge ninja.

 

Le niveau bonus dans le jeu retro Donald in Maui Mallard

Le bonus stage démontrera vos capacités à résister au stress... hurry up !

Là où ça se corse un peu, c’est pour obtenir les password, mais seulement sur Super Nintendo ! Il vous faudra récupérer au minimum le pourcentage de bijoux demandé à l’entrée de chaque stage. Si vous avez atteint ce minimum, chaque fin de niveau vous ouvrira la porte à un stage bonus chronométré, relativement difficile : il s’agit de faire décoller 6 fusées, placées à différents endroits dans le stage. Pour les récupérer, un seul moyen : sauter d’étoile en étoile et couvrir tout le stage, et tout ça dans le temps imparti.
Bon côté : les bonus regorgent de vies à récupérer au passage. Mauvais côté : pas de réussite, pas de password. Et pas de bras, pas de chocolat. Au pire, il y a toujours un password spécial vous ouvrant les portes de tous les niveaux, mais le cheat, c’est mâââââl.

 

A noter que les deux versions 16bits, Super Nintendo et Mega Drive, possèdent de légères différences. Quelques ennemis en plus ou en moins, un level design qui change un peu, ou une disposition des éléments modifiée. Mais pas de quoi préférer une ou l’autre version; si certain préfèrent les graphismes et musiques de la version SNES, d’autres seront plus accrochés par la version Mega Drive. C’est selon votre console favorite… et votre budget ! La version Super Nes semble plus rare…

 

Informations techniques

Editeur : Nintendo
Développeur : Disney Interactive
Date de sortie : 1995
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Action / Plate-forme
Durée de vie : Environ 6h, plus en ayant récupéré 100% de joyaux
Cote au 04/11/2011 :
SNES : 15€ en loose, 25 à 30€ en complet selon état
Mega Drive : 10€ en loose, 15€ en complet

Un petit vote pour cet article ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (1 vote(s), moyenne: 10,00 sur 10)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis ma pré-adolescence, j'ai pu voir passer de nombreuses consoles, et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j'ai pu gâcher sur ces manettes ne l'étaient finalement peut-être pas : elles ont créé des souvenirs, des sensations et une ludothèque de jeux aujourd'hui rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales sensations que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

1 Commentaire

  1. Ce que la plupart des gens ignorent, c’est qu’il existe une version PC, dont la principale différent est… qu’elle est d’une difficulté extrême (bien supérieure à celle sur SNES, et légèrement plus élevée que su Mega’) !

    Répondre

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Neo/Retro test : Donkey Kong Country VS Returns

Test comparé de Donkey Kong Country sur Super Nintendo et du "remake" de 2010 sur Wii : opération judicieuse ou...

Fermer