Ace Combat 3 : Electrosphere

Jaquette du jeu Ace Combat 3 sur PlaystationAce Combat 3 : Electrosphere – Playstation PS1

La plus célèbre série de jeux de simulation d’avions de chasse, éditée et développée par Namco, sort son 3e opus début 2002 : Ace Combat 3 Electrosphere. Après deux premiers jeux réussis, Namco propose une nouvelle étape pour sa juteuse licence : un jeu très futuriste, bien plus axé sur la simulation, a contrario des deux premiers Ace Combat, au gameplay plus arcade.


 

Simulation et missiles air-air

Le premier Ace Combat, qui porte le nom d’Air Combat en Europe et Amérique, sort des studios de Namco en 1993. Adapté pour la jeune Playstation et les bornes d’arcade, Air Combat arrive rapidement à satisfaire les amateurs de simulation de vol, avec un gameplay relativement simplifié et bien plus dynamique par rapport à un Flight Simulator.

 

Le Logo du jeu Air Combat sur Playstation

Le premier Ace Combat sort sous le nom Air Combat en Europe

Surtout, c’est la dimension “avion de chasse” qui plaît. En plus de voler, le joueur se lance en chasse de nombreux ennemis, au sol comme dans le ciel. Dynamique, bien réalisé, d’un design correct et satisfaisant pour les 90’s. La sauce prend vite, et Namco propose, dès 1997, une suite, cette fois-ci basée sur le nom japonais du soft, Ace Combat 2.

 

Et vient alors Ace Combat 3 fin 1999 (janvier 2000 en Europe), avec qui Namco décide de frapper plus fort. Le logo de la série abandonne son phénix flamboyant pour une police plus futuriste et donne le surnom d’ “Electrosphere” à son opus, avec une jaquette qui présente plutôt bien le contenu du jeu : un univers futuriste, des avions de chasse jamais vus et un gameplay plus dynamique. Challenge accepté.

 

Atmosphère et Stratosphère, même (ace) combat

Bien que l’ensemble des jeux de la série propose des scénarios fictifs, Namco décide de mêler celui d’Ace Combat 3 de science-fiction.

 

Dans un futur qui paraît assez lointain, vous bossez pour l’UPEO, une faction de sauvegarde de la paix, qui lutte ardemment contre NeuWork, une multinationale toute puissante qui possède sa propre armée. Votre mission : leur mettre des bâtons dans les roues… ou plutôt des missiles dans les ailes. Ça tombe bien, vous adorez ça.

 

L'avion R352 Sepia dans Ace Combat 3 sur Playstation

Le R352 Sepia, profilé pour le vol dans l’espace

L’UPEO met à votre disposition quelques coucous bien armés. Si certains vous dirons certainement quelque chose (à condition que vous soyez intéressés par l’aviation militaire) tels que le F-22 Raptor ou le Soukhoï Su-47 Berkut, d’autres ne vous diront rien…et c’est normal.

 

Au moins la moitié des avions de chasse mis à disposition dans Ace Combat 3 sont totalement imaginaires. C’est le cas des Delphinus, au design intéressant, ou du Sepia, un avion dont vous vous servirez pour un raid dans… l’espace. Chacun de ces avions sera équipé soit de matériel simple (missiles standards et mitrailleuse), soit d’un équipement plus puissant, tel que des missiles sol-air, air-air ou même d’un canon à impulsion.

 

Ce qui est frustrant dans Ace Combat 3, c’est son manque d’informations. Si l’ensemble du jeu est traduit, hormis les voix et les éléments décoratifs, on rentre dans les missions sans aucune précision : rien sur l’histoire, la situation, pourquoi on se bat, avec qui, la couleur de l’avion de l’ennemi, le tour de poitrine de la femme du colonel… Rien. Briefing, choix de l’avion et des armes, et au boulot matelot.

 

Le briefing dans Ace Combat 3 sur Playstation

L’écran de briefing est bien réalisé, avec de nombreux détails

Même le debriefing de fin de mission est frustrant : on nous donne une note entre A (le mieux) et D (le pire). Mais pourquoi ? Comment ? Sur quoi suis-je noté ? Quelles erreurs ai-je commises ? Et surtout : ça me rapporte quoi, une bonne note? Il semble que plusieurs bonnes notes permettront d’acquérir de nouveaux coucous plus régulièrement, en sus de ceux tombant de manière ponctuelle et ceux dont vous ne pouvez vous passer (notamment pour les missions en stratosphère / espace). De toutes façons, ne comptez pas retourner dans les missions précédentes pour améliorer votre note, c’est impossible.

 

Heureusement, si chez Namco on est pas de grands scénaristes (du moins pour l’instant), on sait quand même réaliser de bons jeux.

 

Go ! Go ! Go !

Une fois les affaires de briefing, choix d’avion et de scénario peu explicatifs, vous décollez en chasse des salopards à la solde de NeuWork. Certaines missions vous offrent la possibilité de décoller vous-même, tout comme d’autres vous imposeront l’exercice d’atterrissage.

 

Screenshot du jeu Ace Combat 3 sur Playstation

Les informations de vol sont abondantes, sans pour autant déranger le joueur

L’écran de vol est, lui, très bien renseigné. En vue du cockpit ou à la 3e personne, vous pilotez avec de nombreuses informations : indicateur de vitesse, altimètre, ligne d’horizon, état de l’appareil et de l’équipement, radar… On appréciera également la présence d’une flèche au niveau de l’ennemi, indiquant son sens de sol. Bref, tout ce qu’il vous faut pour aller mettre la pagaille dans les rangs de l’ennemi.

 

Soyons honnêtes sur un point : même si Ace Combat 3 est bien réalisé, tout comme ses prédécesseurs, le fond du jeu ne change pas : poursuivre des avions ennemis, abattre des bombardiers ou des cibles au sol, escorter des appareils amis… et c’est tout. Heureusement, la forme évolue.

 

Alors qu’Ace Combat 2 offre un gameplay plutôt arcade avec un avion qui répond simplement au pad directionnel, Ace Combat 3 inclue une dimension bien plus axée simulation. Les réactions de l’avion sont très réalistes (sous-virement, perte d’altitude, instabilité…), et le joueur doit, cette fois-ci, conjuguer son vol avec d’utilisation des flaps. Oubliez donc de voir votre avion tourner en utilisant juste les boutons droite et gauche du pad, vous ne réussirez guère qu’à lancer une série de tonneaux (très intéressant pour échapper à un poursuivant ou un missile ennemi) !

 

Attaque au sol dans le jeu Ace Combat 3 sur Playstation

La fonction “auto-pilot” est essentielle lors d’attaques en rase-mottes

La maniabilité est ainsi plus ardue mais bien plus complète, et des actions comme les loopings, piqués et manœuvres avec la tête en bas bien plus facilement envisageables. Tant mieux, car l’IA est améliorée, et certains avions ennemis particulièrement habiles. On obtient un jeu dynamique, intéressant et offrant de véritables sensations de vol.

 

Notons également l’ajout d’une fonction “auto-pilot”, qui stabilisera votre avion; pratique pour les attaques au sol. Et c’est tant mieux : bien que de bonne facture, les vastes décors et la faible puissance de la Playstation ne permettent alors pas d’offrir des textures parfaites… Il est ainsi parfois difficile de repérer le relief du terrain au premier coup d’œil. Et souvent trop tard pour éviter ce vilain rocher. BOUM.

 

Si vous disposez d’une manette DualShock, l’utilisation du joystick augmente encore d’avantage ces sensations; le pad servira de contrôle des caméras arrière et latérales, quand le joystick droit permettra le maniement rapide de ces caméras. Si vous disposez d’une manette NeGcon, le contrôle de l’appareil est encore amélioré. On regrettera qu’avec tout ce joli équipement, aucun mode 2 joueurs ne soit présent, alors qu’Air Combat proposait un mode duel !

 

Inutile de préciser que Namco ne reviendra jamais en arrière au niveau du gameplay. Dernier opus de la série sur PS1, Ace Combat 3 marque un tournant pour la licence, qui coule toujours aujourd’hui des jours heureux.

 

Le Conseil de Retro-Games

Comme dans un avion de ligne, il est interdit de déboucler sa ceinture avant l’arrêt total de l’appareil. Ne vous avisez donc pas de relâcher la manette avant le debriefing : même si l’écran indique “Mission Accomplie”, un crash annulera tout, et vous n’aurez qu’à vous relancer dans la mission. Eh oui, c’est aussi la crise chez UPEO, et il est hors de question de crasher des avions à volonté… Prudence, honneur et courage, ami retro-gamers !

 

Informations techniques

Développeur et éditeur : Namco
Date de sortie : Janvier 2000
Nombre de joueurs : 1 joueur
Style de jeu : Simulation de vol
Durée de vie : Environ 7h
Cote au 28/01/2013 : 5€ en complet

Un petit vote pour cet article ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars6 Stars7 Stars8 Stars9 Stars10 Stars (Aucun vote enregistré)
Loading...

Auteur: Mathieu

Gamer depuis ma pré-adolescence, j’ai pu voir passer de nombreuses consoles, et surtout, tellement de jeux ! Les heures que j’ai pu gâcher sur ces manettes ne l’étaient finalement peut-être pas : elles ont créé des souvenirs, des sensations et une ludothèque de jeux aujourd’hui rétro, mais qui gardent toujours une formidable qualité et offrent de géniales sensations que je vous propose de partager avec ce blog !

Partagez cet article !

Ce blog utilise CommentLuv et KeywordLuv. Non je plaisante.
Néanmoins, en bloggeurs passionnés et responsables, nous autorisons le Dofollow sur le champ Nom des commentaires.
Les commentaires postés devront être d'une longueur respectable, en bon Français, avec un contenu non optimisé et avec un nom-ancre présentant un prénom ou un nom de marque. Merci.

3 Commentaires

  1. Ce jeu je l’ai emprunté pendant au moins 3 mois à un pote tellement il était bien.

    Répondre
  2. The Ace Combat series is pbraobly the most recognized and successful flight simulation game on any platform of the last 10 years. This game ruins it. The controls are terrible! The plane is extremely difficult to control and you can only engage opponents through some goofy dog fight set up. I promise you, if you loved the old Ace Combat, you’ll hate this one. The graphcis and audio is amazing as well as the helicopter. Save your money.

    Répondre
    • Don’t you talk about the last Ace Combat on XBox 360 and PS3 ?

      Répondre

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Ecran de présentation de Fury of the Furries sur PC
Fury of the Furries

Fury of the Furries est un jeu de Plates-formes en 2D sorti en 94 sur Amiga, Mac et Dos. Il...

Fermer